http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 25-04-2011 09:42

S COMME SOMONE - LA RÉPARATION DE LA PIROGUE - SENEGAL

 

 

        ..." La description de cette pirogue est faite pour la première fois dans les observations de T. Bousso (Bousso, 1996, p. 91). Illébou est un terme Niominka dérivé du Lébou. C’est une embarcation adaptée par les Lébous de la pirogue St-louisienne. La pirogue Illébou est une petite structure (7 mètres environ), dont le bordage est composé d’une seule planche fixée à la quille. Deux planchettes de renforcement terminent le bordage. La quille est constituée d’un seul tronc évidé. Des poutres placées très bas soutiennent le bordé et servent en même temps de bancs. Cette pirogue ne comporte qu’un seul éperon, à l’avant ce qui la distingue des autres pirogues Niominkas. L’arrière est constitué par un tableau pourvu vers l’avant d’un plat-bord qui sert de poste de pilotage au barreur. On la distingue aussi des autres pirogues du même type, par la « queue » fourchue taillée dans la partie terminale de la quille. L’extrémité de la quille de ces embarcations souvent appelées Gaalou Guène (pirogue à queue) est aménagée ainsi pour recevoir le moteur. La durée de vie de ces embarcations est très courte, 4 à 5 ans. L’équipage est de 3 à 5 personnes et la charge utile maximale estimée à une tonne. Ces pirogues sont propulsées à l’aide de moteurs de faible cylindrée d’une puissance inférieure ou égale à 18 chevaux. Le tableau arrière souvent recouvert de tôle métallique sert de support au moteur. Ces pirogues sont utilisées essentiellement pour la pêche au filet maillant dérivant de surface (félé félé), au filet maillant dérivant de fond (Yola) au filet maillant encerclant (Saïma) et quelquefois pour la pêche au casier (seiche)..." 

 

(Extrait, Mémoire de DEA d'Anthropologie, soutenu en 2004 sous la direction du Professeur Bruno Martinelli).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2004, 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 25-04-2011 à 12:40:26  (site)

coucou viens te souhaiter un très bon lundi de Pâques chez nous toujours un temps superbe de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 25-04-2011 à 21:56:11  (site)

bonsoir Armand,
je pense que c'est correct comme durée de vie pour cette pirogue. Ce nest pas un gros bateau. Merci pour ton article.
Souhaite que ta journée fut bonne. Je suis en congé cette semaine, je pars demain pour quatre jours à Madrid. Très belle semaine Armand
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 24-04-2011 06:52

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

   

 


 


 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 24-04-2011 à 07:45:36  (site)

coucou Armand,
bonne farniente et bon repos. Nous partons tout à l'heure en Belgique.
Agréable dimanche.
Bisou

2. heremoana  le 24-04-2011 à 19:34:01  (site)

j'espère que tu as passé une bonne journée remplie de petits oeufs !!
bisous et bonne soirée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 23-04-2011 09:32

LES CAVALIERS

 

 


        En pleine guerre de Sécession, l’état major nordiste, acculé, envoie le colonel Marlowe détruire le réseau ferroviaire ennemi. Pour l’officier, cette mission pourrait bien être la dernière.

    Avec Les Cavaliers, John Ford concrétise un vieux rêve : consacrer un film à la guerre de Sécession. Aidé de ses fidèles techniciens et de John Wayne, son vieux compère, le cinéaste va bénéficier d’un budget et d’un casting importants pour reconstituer cet épisode trouble de l’histoire américaine.

    Rien ne va plus entre John Ford et William Holden. Sur le tournage, la tension devient intenable, sauf pour John Wayne, habitué aux colères du cinéaste.

    Traité avec mépris à sa sortie, Les Cavaliers gagna avec les années la considération de la critique.

    Décontracté, charmeur, ironique, William Holden reste l’un des acteurs les plus fascinants de l’histoire du cinéma américain.

    Né le 17 avril 1918, à O’Fallon (Illinois), William Franklin Beedle Jr. Se destine à une carrière de chimiste. Mais les feux de Broadway l’en détournent. Repéré par les studios Paramount, il signe un premier contrat. Le jeune homme est âgé de 20 ans. Terry DeLapp, chef du service de presse de Paramount, lui demande alors de prendre le pseudonyme de William Holden. Avec seulement deux longs métrages à son actif, l’acteur décroche le rôle principal de L’Esclave aux mains d’or (1939), dans lequel il campe un jeune boxeur se rêvant violoniste. L’échec du film marque un arrêt, momentané, à une carrière prometteuse. Il doit à Barbara Stanwyck, sa partenaire dans le film, de ne pas être remercié par Harry Cohn, président de Columbia (qui partage le contrat de Holden avec Paramount). Le comédien enchaîne indistinctement westerns (Texas), comédies (Notre village) et films noirs (Invisible Stripes), avant de s'engager dans l'aviation américaine. A l’issue de plus de trois ans de service actif, il retrouve le chemin des plateaux et accumule les premiers rôles dans des productions modestes, avec une prédilection pour le western (La Peine du talion, Rachel and the Stranger) et la comédie (Miss Grain de sel, avec Lucille Ball)…

 

 
Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 23-04-2011 à 16:03:20

coucou viens te souhaiter un très bon samedi après-midi et un bon week-end de Pâques chez nous toujours avec la chaleur alors on en profite de gros bizzzous

2. miou14  le 24-04-2011 à 10:41:14  (site)

Bonjour, j'aime beaucoup voir et revoir tous ces westerns, je me souviens bien de celui ci d'autant que John Wayne avait beaucoup de charme .... Bonnes fêtes pascales et agréable repos. Amitiés normandes.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 22-04-2011 06:38

GERRY MULLIGAN

 

 


        Bien qu’il ait été le saxophoniste baryton le plus populaire des années cinquante, Gerry Mulligan est surtout connu pour ses dons d’arrangeur. Et pour avoir eu l’excellente idée de créer un quartette sans piano. Ce jazzman, qui jouait beaucoup avec les musiciens cool et West Coast, entendait ainsi revenir à l’exécution collective qui avait fait les beaux jours du jazz Nouvelle-Orléans.

    Au lendemain de la fabuleuse épopée du bop de Charlie Parker et de Dizzy Gillespie, quelques saxophonistes baryton feront leur apparition sur la scène du jazz. Gerry Mulligan, bien sûr, mais aussi Serge Chaloff et Pepper Adams donneront enfin à l’instrument ses lettres de noblesse.

    A la fin des années quarante, quelques grands personnages du jazz, Gerry Mulligan compris, sont à la recherche d’une alternative au bop de Charlie Parker et Dizzy Gillespie.
 


    Avec Milles Davis, Gil Evans, Lee Konitz, John Lewis et John Carisi, Gerry Mulligan participera à l’enregistrement de « The Birth of the Cool », le saxophoniste baryton s’affirmera comme un très grand arrangeur.

    En dépit de l’image de musicien conformiste dont certains critiques ont voulu l’affubler, Gerry Mulligan a été à l’origine de bien des innovations, notamment celle consistant à se passer d’un piano dans un quartette. C’est grâce à lui, encore, que le baryton est devenu véritablement un instrument soliste.

    Parallèlement à une carrière hollywoodienne, Gerry Mulligan monte un nouvel orchestre, mais ce n’est qu’en 1960 qu’il fonde le fabuleux Concert Band.

    Les membres du Concert Band seront tous de grandes figures du jazz, qu’il s’agisse de Zoot Sims, de Don Ferrara, de Lee Konitz ou de Bob Brookmeyer, qui signera également de très beaux arrangements.
 


    Gerry Mulligan est emporté par un cancer le 20 janvier1996…
 
♥     Mud Bug (1955)
 
 
♥♥     Apple Core (1955)
 
 
♥♥♥     Broadway (1955)
 
 
 
Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Jazz », Editions Atlas, 1991.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. kristel10  le 22-04-2011 à 08:12:46  (site)

bonjour l ami armand je reviendrai en journee lire tes deux derniers billets ke je n ai pas eu l occazion de voir mon ami....je passe tout simplemente te souhaiter un tres bon week end de paqque avec tes proches que tu aimes mon ami...merci
exelente journee armand bisouxxx de moi

2. lolo78000  le 22-04-2011 à 14:31:25

coucou viens te souhaiter un très bon après-midi et un très bon week-end de Pâques chez nous 27° aujourd'hui!!! de gros bizzzous

3. heremoana  le 22-04-2011 à 20:49:48  (site)

avec ces quelques notes de jazz je passe te souhaiter un très bon week-end de pâques et une bonne chasse aux oeufs
bisous

4. lafianceedusoleil  le 22-04-2011 à 22:11:35  (site)

kikou Armand,
très bon saxophoniste, j'ai bien aimé ce moment de dédente. Merci Armand. Je te souhaite un bon week end de Pâques.
Douce nuit et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 21-04-2011 09:36

KLIMT, L'AMOUR DES FEMMES

 

 


        22 mars 1901. Le Parlement autrichien est en effervescence. La veille, le tribunal de Vienne a contesté la légitimité d’une requête du ministère public exigeant le séquestre du dernier numéro de la revue de Gustav Klimt, Ver sacrum, qui reproduisait les dessins préparatoires de sa toile la Médecine, et la destruction de tous les exemplaires existants.

    Furieux de voir les juges prendre le parti de l’artiste le plus « immoral » de ce début du siècle, vingt-deux députés interpellent le ministère de l’instruction publique pour savoir s’il compte vraiment installer au plafond de la grande salle de l’Université cette fameuse Médecine et donner ainsi son aval à « ce genre de peinture qui s’oppose aux sentiments esthétiques de la majorité du peuple autrichien ».

    Le ministre a eu beau, dans sa réponse, prendre parti pour le peintre (évoquant l’évolution continue des courants artistiques), celui-ci, dans son atelier, n’en fulmine pas moins et lance à des journalistes présents : « Quand j’ai terminé un tableau, je ne veux pas ensuite perdre des mois entiers à le justifier devant la foule. L’important n’est pas le nombre mais la qualité de ceux qui me soutiennent. »

    Après quoi Gustave Klimt, mettant dehors tout le monde, retourne au tableau qu’il vient de commencer, Judith et Holopherne, terrible débauche de chair, d’or et de cruauté. Et il sourit dans sa barbe en pensant que, décidément, les vingt-deux députés qui se posent en gardiens de la morale et de la tradition ne sont pas au bout de leurs peines.

    Fou amoureux d’une orpheline de seize ans ! – Cerné par la folie qui a ravagé sa famille – « Assez de censure ! Je veux être libre » - Dans Vienne en pleine gloire, il cumule scandales et succès – Une sensualité provocante, il peint la volupté cruelle des femmes - Pendant qu’il agonise, on cambriole son atelier…
 

 
JUDITH ET HOLOPHERNE

 

        Dans son cadre de cuivre martelé, exécuté par le frère du peintre, Georg, ce tableau retrouve la splendeur des icônes byzantines. C’est le début de la « période dorée », de Klimt. L’excès des ornements ne dissimule pas le corps presque nu de la belle criminelle, il en souligne la profonde volupté. Le haut collier semble détacher du buste le visage renversé, dont les yeux mi-clos trahissent une ardente ivresse. L’érotisme et la mort sont indissolublement liés. Judith n’est plus seulement une héroïne biblique, elle est aussi l’image de la « femme fatale » qui hante les artistes de l’époque.
1901 (84 x 42 cm), Osterreichische Galerie, Vienne.

 

        Deuxième enfant d'une famille de sept, Gustav Klimt est né à Baumgarten le 14 juillet 1862, à côté de Vienne, Autriche. Fils d'Ernst Klimt, orfèvre ciseleur, et Anna Finster, il suit les cours de l'École des arts décoratifs de Vienne dans les années 1876-1883, où il est l'élève de Ferdinand Laufberger. Célibataire endurci, il vit avec sa mère et ses sœurs. Il a cependant de nombreuses maîtresses, notamment Emilie Flöge qu'il rencontre au début des années 1890. Elle sera sa principale compagne jusqu'à la fin de sa vie. De ses nombreuses conquêtes naîtront 14 enfants illégitimes officiels.

    Il décède le 6 février 1918 à Vienne d'une attaque d'apoplexie et est enterré dans cette même ville au cimetière Hietzing. Il laisse de nombreuses toiles inachevées…
 
Sources Grands peintres, éditions F. Magazine sa et Wikipedia.
Armand, 
 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. sandie  le 21-04-2011 à 13:24:34  (site)

Véritable ode à la femme, des toiles dégoulinantes de féminité, de tendresse, il devait vraiment aimer les femmes pour les mettres dans de si joli écrins dorés....magnifique artiste.

2. lolo78000  le 21-04-2011 à 14:24:42

petit coucou pour te souhaiter un bon après-midi chez nous toujours avec la chaleur de gros bizzzous

3. violacanina  le 21-04-2011 à 18:16:15

J'aime beaucou ce tableau de Klimt ,
le visage et la pose lacive et surtout cet abondance de la couleur or !
Merçi pour le récit ,c'est toujours agréable de faire une lecture instructive

4. lafianceedusoleil  le 21-04-2011 à 21:50:38  (site)

bonsoir Armand,
très bel article, je ne connaissais pas cet artiste. Merci pour cette découverte.
Je te souhaite une bonne fin de semaine. Gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 20-04-2011 01:59

LES TROIS GRANDES LUMIÈRES

 

 

 OU LE CHEMIN DE LA CRÉATION...

 

        Les trois Grandes Lumières sont des outils créateurs d’ordre céleste, ceux avec lesquels la création principielle agit et façonne la vie. Lorsqu’elles se trouvent assemblées, les initiés sont en présence de l’âge d’or où les puissances causales « s’aimes » et se recréent entre elles. Ils assistent alors à l’origine des temps, au moment où les trois Grandes Lumières, puissances organisatrices du début des choses, sont en pleine création permanente, en pleine effervescence, en pleine puissance. « L’énergie universelle dans laquelle l’action est versée est le divin, tout ce qui est offert n’est autre qu’une forme du divin », a écrit A. K. Coomaraswamy.

    Cet univers auquel l’humain est absolument étranger et qu’il ne comprendra jamais, peut cependant être non seulement perçu et contemplé, mais célébré rituellement. En bâtissant le temple au moyen de la Règle, de l’Equerre et du Compas, l’initié s’intègre à l’œuvre du Grand Architecte de l’Univers.

    C’est précisément à l’approche symbolique de l’action créatrice de cette architecture de réciprocité suscitée par les trois Grandes Lumières que cet ouvrage est consacré.

    Franc-maçon depuis 25 ans, Jean Onofrio se consacre à l’étude des symboles maçonniques et a écrit plusieurs livres dans cette collection.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. kristel10  le 20-04-2011 à 08:25:40  (site)

bonjour armand et merci de ce bel ecrit mo ami merci
agreable journee
bisouxxx tendresse miciii

2. harfang  le 20-04-2011 à 11:49:43  (site)

C'est intéressant... mais j'avoue que je suis partagée à propos des maçons... En tous cas c'est toujours bien de se documenter. Merci Sourire

3. lolo78000  le 20-04-2011 à 14:17:43

petit coucou pour te souhaiter un très bon mercredi chez nous toujours avec une chaleur d'été de gros bizzzous

4. lafianceedusoleil  le 20-04-2011 à 21:41:53  (site)

bonsoir Armand,
très bon résumé de cet ouvrage très intéressant, merci à toi.
Je te souhaite une bonne fin de soirée. Gros bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 19-04-2011 06:58

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

 

 

 

 

 

1000 FRANCS (DEESSE DEMETER)


    

    Type 1942. Billet mis en circulation du 28 mai 1942 au 6 avril 1944. D’après une œuvre de Jonas. Impression polychrome.

    Recto : Statue de la déesse Déméter tenant sur ses genoux Hercule enfant sur fond de paysage provençal avec troupeau de chèvres conduit par un berger.

    Verso : Statue en bronze de Mercure à gauche. Bas relief représentant les principaux travaux d’Hercule. Cerbère offrant à Minerve les pommes d’or du jardin des Hespérides, à droite. De l’autre coté Déjanire s’étant substitué à Atlas pour soutenir le monde Au fond un panorama du port de Rouen.

    Numérotation, date et signature en noire.

    Filigrane : Effigie de l’Hermès de Praxitèle.

    Nombre d’alphabets 13 392 (un alphabet = 25 000 billets, 25 lettres de 1 000 billets).

    Nota : Certaines émissions de 1943, postérieures au 15 juillet, furent l’objet d’un important hold up à Clermont Ferrand en 1944 et sauf le numéro 38 de l’alphabet 9450 à 9532, plus une partie du numéro 40 du 18 novembre alphabet 9948 à 10272, les autres émissions ne semblent pas avoir été retrouvées ou n’ont pas circulé. Les billets portant les dates de création de 1944 n’ont jamais été mis en circulation. Nous pouvons malgré tout affirmer qu’il est possible de rencontrer une date de 1944, ces billets en effet ont circulé antérieurement avec une date erronée. Les dates de création les plus courantes en « neuf » sont 11.06.1942 et 6.5.1943.

 


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. kristel10  le 19-04-2011 à 07:26:32  (site)

bonjour armand
et desolé cela fais un bail ke je ne suis passé te lire l ami
encore de biens jolies chozes sur le franc ke tu nous a cité si dessus merci de cet exlelent partage
te souhaite une bonne journee armand merciiiiiiiii
j aimais lbien les francs et leurs dessins moi .....c etais vivant je trouve merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii bisouxxx tendresse amitiee

2. lolo78000  le 19-04-2011 à 14:29:52  (site)

petite visite pour te souhaiter un très bon après-midi chez nous grand soleil 25° on se croirait en été de gros bizzzous

3. heremoana  le 19-04-2011 à 20:26:44  (site)

de très beaux dessins sur ces billets !
les couleurs étaient assez sympa aussi, plus que maintenant bisous et bonne soirée

4. lafianceedusoleil  le 19-04-2011 à 22:07:13  (site)

bonsoir Armand,
jolis billets de mille francs !
il fait un temps digne du midi, il manque que la grande bleue.
Bonne fin de journée et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......