http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 14-06-2011 08:09

NEXUS

 

 

 La Crucifixion en Rose...

 

            Nexus est le troisième et dernier volet de la Crucifixion en rose. Dans le New York de la prohibition, Henry Miller se débat parmi les difficultés matérielles : il essaie de vendre son sang dans les hôpitaux, devient garçon d’ascenseur, bureaucrate, fossoyeur. Il vit aussi aux crochets de toute une bande d’amis un peu fous et il est surtout entretenu par Mona, sa femme, qui s’est éprise d’une amitié passionnée pour Stasia, une femme peintre.

    Ainsi Miller va-t-il se débattre au milieu de mille difficultés, impostures, misères, sans rien perdre de sa lucidité et de son acharnement à vivre pleinement et à s’affirmer comme écrivain à part entière. Tout les thèmes d’inspiration sont ici ceux-là même de la vie : désir, amour, abandon, misère, joie, désespoir…

    Au terme de ces années de formation, Miller va quitter le « cauchemar climatisé » américain pour prendre un nouveau départ en Europe. Le plus grand tragique, le plus irrésistible comique se mêlent en des pages torrentielles, des pages d’une extraordinaire jeunesse qui appartiennent assurément au meilleur Miller



 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 14-06-2011 à 15:10:31

coucou viens te souhaiter un très bon après-midi chez nous temps gris et lourd de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 14-06-2011 à 22:27:27  (site)

bonsoir Jakin,
très bon papier comme à l'habitude et très intéressant, merci.
Tu me demandes pourquoi les géraniums ne sont pas partis en vacances, très bonne question, je vais leur demander !!!
bonne soirée Jakin et gros bisou

Cliquez ici pour voir mon image

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 13-06-2011 07:52

A COMME VOLCAN ARENAL - COSTA RICA

 
 
            De forme conique presque parfaite l’Arenal est un petit stratovolcan très jeune se reflétant magnifiquement dans les eaux du lac du même nom. Il a été le plus actif des volcans du Costa Rica au 20ème siècle. Mais la plus ancienne éruption connue s’est produite il y a 7000 ans environ.
 
    Cette activité s’est déroulée en même temps que celle du Cerro Chato et ce pendant 3500 ans. La dernière phase éruptive a débuté en 1968. Cette année là, alors que l’Arenal est considéré comme éteint car inactif depuis plusieurs siècles, ce dernier se réveille brutalement le 29 juillet.
 
    De violentes explosions créent trois nouveaux cratères sur les flancs du volcan, projetant des blocs parfois énormes jusqu’à 5 Km de distance. Des nuées ardentes sont émises et s’épanchent sur le flanc ouest détruisant un village et tuant 80 personnes environ. Depuis, l’Arenal produit quotidiennement des explosions stromboliennes et/ou vulcaniennes d’intensité variable. Régulièrement de courtes coulées de lave à blocs et des nuées ardentes dévalent ses flancs.
 
    C’est devenu une attraction touristique très appréciée...

 

 

 

Armand, Collection privée 2004, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 13-06-2011 à 10:01:33  (site)

coucou viens te souhaiter un très bon lundi de pentecôte chez nous soleil ce matin de gros bizzzzous

2. anaflore  le 13-06-2011 à 10:43:35  (site)

j'adore les volcans on se sent tout petit et impuissant devant la nature si belle et parfois dangereuse bon lundi

3. anaflore  le 13-06-2011 à 10:45:00  (site)

suite de l'humour des bretons aprés quimper
sais tu pourquoi les bretons ne descendent pas du train à morlaix??

4. heremoana  le 13-06-2011 à 15:09:54  (site)

superbe volcan ! majestueux et menaçant !
bisous et bonne semaine

5. lafianceedusoleil  le 13-06-2011 à 20:55:04  (site)

Bonsoir Armand,
magnifiques photos, très impressionnant ce volcan, merci pour cette découverte.
Je te souhaite une très belle soirée.
Gros bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 12-06-2011 06:53

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

   

 

 

Panorama du Senegal.

 


 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 12-06-2011 à 08:34:53  (site)

aujourd'hui c'est dimanche et bien il pleut enfin lol

2. lolo78000  le 12-06-2011 à 12:45:11  (site)

coucou très bon dimanche et bon repos de gros bizzzous

3. lafianceedusoleil  le 12-06-2011 à 21:40:32  (site)

kikou Armand,
souhaite que tu as passé une agréable journée.
Très belle carte du Sénégal !
Bonne soirée et grosse bise
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 11-06-2011 07:19

JOSEY WALES HORS-LA-LOI

 

 

            Après avoir assisté, impuissant, à l’assassinat de sa femme et sont fils, Josey Wales prend les armes. Revolvers aux poings, ce paisible fermier se taillera une réputation de tueur impitoyable.

    Avec Josey Wales, hors-la-loi, Clint Eastwood assure une nouvelle fois la production d’un film dont il tient la vedette. L’acteur se verra rapidement contraint de prendre aussi les rennes du tournage…

    Film charnière dans la carrière de Clint Eastwood, Josey Wales marque également une étape essentielle dans la vie privée de l’acteur réalisateur.

    Encensé par Orson Welles, Josey Wales hors-la-loi s’imposera avec les années comme un western majeur.

    Ignoré par le grand public, Royal Dano est un second couteau du cinéma américain aimé par des générations de cinéphiles.

    Né en 1922, Royal Dano débute au théâtre en 1942. Il apparaît au cinéma huit ans plus tard dans Undercover Girl, de Joseph Pevney. L’acteur est remarqué l’année suivante dans La Charge victorieuse de John Huston, dans le rôle d’un soldat perdu en pleine guerre de Sécession aux côtés d’Audie Murphy. Grand, des yeux bleus perçants, Dano va souvent interpréter les types bougons en salopettes issus d’un milieu rural, des cow-boys déjantés ou des shérifs mal rasés à la démarche nonchalante. Jamais en tête d’affiche, toujours relégué au second plan, l’acteur tourne avec la crème du cinéma américain. De Johnny Guitar, aux côtés de Sterling Hayden et de grands seconds rôles comme Ernest Borgnine et John Carradine, aux Aventuriers du fleuve, de Michael Curtiz, le comédien s’affirme comme l’une des « gueules » incontournables du cinéma américain. Durant cette période, Dano travaille régulièrement pour son ami Anthony Mann, dans des films devenus des grands classiques du western comme Les Affameurs et L’Homme de l’Ouest.

 

 

 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 11-06-2011 à 13:57:56

coucou viens te souhaiter un très bon samedi et un bon week-end de la pentecote de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 11-06-2011 à 15:32:45  (site)

Hello Jakin,
me voici de retour. Mon séjour dans le Var s'est bien déroulé. Je me suis arrêtée à Toulon pour le retour les jeudi et vendredi. Cette ville a bien changé. Elle est plus chic. Le marché également est différent, le précédent était plus chaleureux. Du moins, c'est une impression.
La bande vidéo du film est longue. Merci pour la présentation, je ne connais pas.
Quant à toi, espère que tu te portes bien et que tout va comme tu le désires.
Je te souhaite une bonne fin d'après-midi et un bon week end.
Gros bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 10-06-2011 06:37

FREDDIE HUBBARD

 

 

 

            Victime d’un fatal accident de la route en 1956, Clifford Brown était apparu comme le grand virtuose de la trompette hard bop, aux côtés d’Art Blakey et de Max Roach. Tous les trompettistes qui allaient dominer la scène du jazz dans les années cinquante seraient tous, par conséquent, influencés par Brownie. Qu’ils s’appellent Donald Byrd, Lee Morgan, Blue Mitchell ou Freddie Hubbard.

    De tous les disciples de Clifford Brown, Freddie Hubbard est celui qui possède la plus importante palette de possibilités techniques : son effet le plus spectaculaire est le lip trilling (trille très rapide effectué uniquement avec la colonne d’air, sans l’aide des pistons), que beaucoup lui envient.
 


    Instrumentiste aux goûts éclectiques, Hubbard sait combiner tous les styles de jazz avec un égal bonheur. A l’époque où il enregistré son premier disque hard bop, il jouait avec le saxophoniste Ormette Coleman, l’un des grandes figures de l’avant-garde.

    Freddie Hubbard a participé aux principales expériences du jazz durant les années 60. Puis il se lance dans le jazz « fusion » avant de se tourner vers le rock et le disco.
 


    Il meurt le 29 décembre 2008 à la clinique de Los Angeles, suite à un problème cardiaque.
 
♥     Lex (1961)
 
 
♥♥     Number Five (1961)
 
 
♥♥♥     Blues for Alvina (1961)
 
 
 
 Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Jazz », Editions Atlas, 1991.


Armand,
 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 10-06-2011 à 15:15:42  (site)

petit coucou pour te souhaiter un très bon après-midi et un très bon week-end de gros bizzzous

2. anaflore  le 10-06-2011 à 22:21:07  (site)

un bon wk plein de soleil

3. lafianceedusoleil  le 11-06-2011 à 15:38:45  (site)

smiley_id117194

pour ces bons morceaux de détente.
Kiss

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 09-06-2011 05:23

RÉFLEXION SUR UNE CITATION DE JEAN PAUL SARTRE

 

 

 

 

    Nous sommes responsables de tout ce que nous n’essayons pas d’empêcher ( Jean-Paul Sartre)…

 

            Nous voilà encore devant une sempiternelle citation que des Francs-Maçons érigent en questionnement. Comme si le fait de se questionner sur une citation donnait des lettres de noblesse à notre travail !

    Pour le moins, ici la question sociale introduite par une réflexion de Jean Paul Sartre, ne nous réconforte pas pour sortir de leur torpeur les outils nécessaires à buriner une planche….

    Le mot clé est Responsabilité qui dans la philosophie de Sartre se rapproche plus de la Justice et de la Liberté de conscience qu’il a traité dans « l’Etre et le Néant » en 1943.

    Alors comment se questionner sur la liberté de conscience face à la Justice sans faire un grand écart et s’engager dans un symbolisme qui lui trouve toute sa justification dans les hauts grades ?

    Il aurait été plus judicieux de se questionner sur la Transcendance de l’Ego traité par Sartre en 1927, si l’on voulait s’appuyer sur cet auteur et rester au grade d’apprenti….

    Voilà ! Voilà !

    J’en serai resté là, si le scénario de la dernière réunion de Maître ne m’avait pas en quelque sorte replongé dans cette pensée de Jean Paul Sartre…

    Que pouvons nous dire de la responsabilité à par qu’elle se définie comme  le devoir de répondre de ses actes, en circonstances et conséquences, c’est-à-dire d'en assumer l'énonciation, l'effectuation, et par suite la réparation voire la sanction lorsque l'obtenu n'est pas l'attendu.

    Mais pour le VM, il s’agit plutôt de la Responsabilité morale qui elle consiste en une capacité de prendre une décision collective sans en référer au préalable à la collectivité, à pouvoir donner les motifs de ses actes, et à  ne pas être jugé sur eux.

    Cette responsabilité n’est pas seulement un fait, mais aussi une valeur. En tant que valeur elle peut prendre des significations diverses : elle renvoie donc inévitablement à des valeurs éthiques (ou morales), et est, pour une part, dépendante des idéaux que chacun croit mettre dans cette valeur.

    Elle se préfigure donc d’une Perception, d’une Conscience, d’un devoir, d’une volonté, d’une autonomie et inévitablement d’une Culpabilité….

    Aussi, le mot « responsable » est connoté sur une échelle de valeur variable. Variabilité tributaire de la manière dont nous nous rapportons chacun à nous-mêmes, entre risque et transgression.

        « il faut avoir en soi quelque chose de divin quand on s’est défait des normes communes de l’humanité pour s’aventurer à compter sur soi-même comme maître. Le cœur doit être haut, la volonté fidèle et la vue claire, pour pouvoir sérieusement se tenir à soi-même lieu de doctrine, de société et de loi, pour qu’un simple but soit aussi pressant qu’une nécessité implacable chez les autres ! », écrit Michel Houdiard en 1997.

    « Être l’auteur de ses actes ne signifie pas maîtriser la détermination de son destin personnel : être homme, c'est être parmi les hommes, et, selon Hannah Arendt, les affaires humaines sont marquées du sceau de la fragilité, du fait de l'imprévu logé au cœur de toute action comme sa condition de possibilité. C'est la capacité d'inaugurer du neuf qui marque le singulier d'une vie humaine.

    Emprunt d’incertitude, de fragilité, et de  « faillabilité » nous apparaissons comme le fondement de la capacité d’agir et de la responsabilité morale, dès lors que nous nous engageons dans une quête sur les significations sociales et morales auxquelles notre existence est d’emblée confrontée.

    Aussi faut-il mettre l'accent sur une certaine qualité de l'exister de l'individu et de la communauté.

    Il n’y a pas de renvoi à la notion d’empêchement » : chacun de nous est responsable de sa singularité, de son présent, de l’intensité de la vie, de la jeunesse et de la vieillesse qu’il y investit. Et c’est l’unique moyen d’éviter cette dualité empêchement - responsabilité : il faut saisir le temps, le tenir, le remplir.

    Et pour finir, comme nous aimons les citations je préfère celle d’Antoine de Saint-Exupéry dans Citadelle : « Et pour celui-là qui est solidaire des hommes, l'homme n'est point simple mot de son vocabulaire, l'homme est ce dont il est responsable. »…

Jakin,
 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 09-06-2011 à 14:43:34  (site)

coucou viens te souhaiter un très bon après-midi chez nous un temps bien gris de gros bizzzous

2. anaflore  le 09-06-2011 à 21:37:49  (site)

personne n'est parfait ....bonne semaine

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 08-06-2011 07:21

PLEXUS

 

 

 La Crucifixion en Rose...

 

             Avec la Crucifixion en Rose, Miller entreprend le récit complet de sa vie tumultueuse, riche d’expériences intérieures et d’aventures extraordinaires. C’est un ouvrage monumental dont Sexus constituait le premier volet audacieux.

    Henry Miller a dit qu’il tenait Plexus pour le plus important de ses livres. Il y raconte, dans une admirable coulée lyrique, souvent prophétique, toujours inspirée, ses années d’enfance dans un pittoresque quartier de New York.

    Il y évoque aussi les aventures de jeune homme que torture le démon de l’écriture et qui, afin de le satisfaire, finit par briser une à une toutes les chaînes qui le rivent à la vie quotidienne de ses compatriotes, son combat difficile pour devenir un artiste. Il connaît la misère, les rebuffades, les vexations de toutes sortes, l’orgueil solitaire de celui qui croit à son génie et parviendra à le faire triompher.

    Dans cette lutte, l’admirable Mona, est un compagne qui pousse le dévouement au-delà des limites permises…
 

 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 08-06-2011 à 12:52:04

petit coucou ensoleillé pour te souhaiter un très bon mercredi de gros bizzzous

2. anaflore  le 08-06-2011 à 20:52:03  (site)

un passage sur ton blog parait il leplus visité.......bonne semaine

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......