http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 18-04-2011 08:29

S COMME SOMONE - LA RÉPARATION DES FILETS - SENEGAL

 

 

            ..." Le capitaine, quant à lui, occupe une grande partie de son après-midi à la confection de nouveaux filets. Il faut en moyenne une vingtaine de jours pour réaliser un filet de 100 mètres sur 4 mètres de chute. Cette opération se déroule le plus souvent devant le carré familial à l’ombre du mur d’enceinte. Un matériel unique : du fil de nylon vert et bleu au diamètre approprié au choix du filet, un instrument unique : une aiguille découpée dans un tuyau en « PVC », un gabarit en bois de la dimension de la maille, suffisent pour la fabrication du filet. Le fil de nylon est enroulé sur l’aiguille entre ses deux becs pour en faire une pelote facilement malléable. L’homme est assis sur le sol. Il attache une extrémité du fil à une bouteille de gaz, et avec le pied droit tend le fil en se servant de l’orteil. La main gauche tient le gabarit, et la main droite l’aiguille. il fait trois fois le tour du gabarit avec l’aiguille et noue le bas, puis il recommence. Le maillage se construit par unité de dix rangs de dix mailles. La technique de tricotage du filet est toujours la même, c’est celle déjà observée par Balandier et Mercier en 1952..."

 

(Extrait, Mémoire de DEA d'Anthropologie, soutenu en 2004 sous la direction du Professeur Bruno Martinelli)

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2004, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 18-04-2011 à 15:16:29  (site)

petit coucou avec le soleil pour te souhaiter un très bon après-midi et un bon début de semaine de gros bizzzous

2. heremoana  le 18-04-2011 à 20:09:46  (site)

j'avoue que j'aimerai assez voir le même genre de maillot pour homme !!!
en attendant te sphotos sont splendides et donnent envie de partir .............
bisous et bonne soirée

3. lafianceedusoleil  le 18-04-2011 à 21:49:55  (site)

bonsoir Armand,
c'est tout un travail que de fabriquer ces filets ! merci pour ce bon documentaire.
En effet, il y a des choses qui ne s'expliquent pas mais pour nous, c'est résolu. Cela vient de l'au-de-là.
Tout un programme.
Je te souhaite une douce nuit.
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 17-04-2011 09:43

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

   

 


L'été en Savoie.

 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 17-04-2011 à 13:49:09  (site)

kikou Armand,
très bon repos de farniente.
Bisou

2. heremoana  le 17-04-2011 à 20:43:02  (site)

bon repos avec ce temps splendide
bisous et bonne soirée

3. harfang  le 18-04-2011 à 15:11:02  (site)

ah la savoie... toute mes vacances (en haute) jusqu'à il y a 3 ans en arrière... que de souvenirs...
merci de ton passage chez moi Sourire

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 16-04-2011 07:53

COMANCHEROS

 

 

        Un ranger du Texas se prend d’amitié pour l’homme qu’il doit envoyer à la potence. Ils unissent leurs forces pour démanteler une dangereuse bande de trafiquants d’armes, les Comancheros.

    Comancheros marque un grand changement dans la carrière de Wayne. Il va travailler étroitement avec Georges Sherman, le producteur, et son réalisateur, Michael Curtiz. Et, pour la première fois, il va jouer un cow-boy d’âge mûr.

    Sur le tournage, les rapports sont courtois entre Wayne et Curtiz, mais deviennent plus difficiles avec l’arrivée de Lee Marvin.

    Boudé par une critique dédaignant Michael Curtiz, Comancheros est l’ultime chef-d’œuvre d’un maître.

    Western, péplum, film d’aventures… Le Hongrois Michael Curtiz signa tout au long d’une carrière riche de 170 titres quelques-uns des chefs-d’œuvre du cinéma américain.

    Né en 1888, Mihaly Kertész débute en 1912, mettant en scène des films d’une bobine adaptés des pièces qu’il interprète au théâtre national hongrois. Devenu cinéaste à part entière, Kertész obtient en 1914 avec Bank Dank, le premier gros succès du cinéma hongrois. Dès cette période, les budgets de ses films deviennent plus importants et sa technique s’affirme. avec Pour l’honneur, qui décrit la campagne de Napoléon en Autriche, le réalisateur signe son premier chef-d’œuvre. En 1926, il a déjà près de 80 films à son palmarès, et se fait une spécialité du film historique avec des titres comme L’invasion des tartares, Le Sixième commandement et L’Esclave Reine. Il a également dirigé des drames (Le Mauvais garçon) et des comédies (Célimène, poupée de Montmartre) pour des productions autrichiennes et allemandes. Le cinéaste quitte alors l’Europe pour les Etats-Unis…

 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 16-04-2011 à 09:44:25  (site)

kikou Armand,
je fais vite, nous partons tout à l'heure en Belgique fêter l'annif d'Eric qui était hier.
super bon film que tu nous présentes. Très bonne journée et gros bisou
Cricri

2. lolo78000  le 16-04-2011 à 14:11:56

petit coucou pour te souhaiter un très bon samedi chez nous soleil et nuages!! de gros bizzzous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 15-04-2011 07:46

CLARK TERRY

 

 

        A tout bien considérer, Dizzy Gillespie et Miles Davis n’ont pas été les seuls trompettistes à avoir marqué de leur empreinte le jazz moderne. Ou, si l’on préfère, le jazz postérieur à l’ère parkérienne. Fats Navarro, Kenny Dorham, Howard McGhee et Clark Terry ont, quelque trente ans après Louis Armstrong, redonné un éclat nouveau à ce cuivre, qui, pour beaucoup, symbolise à lui tout seul le jazz.

    Au cœur du jazz jusqu’à la disparition de leur leaders, les formations de Count Basie et de Duke Ellington ont eu de nombreux boppers dans leurs rangs. A commencer par Clark Terry, qui a joué dans les deux orchestres. Mais aussi Wardell Gray, Thad Jones.

    C’est à partir de 1947 que Fats Navarro, notamment avec Tadd Dameron et Coleman Hawkins, gravera ses plus grands chefs d’œuvre.
 


    D’un caractère joyeux et optimiste, Clark Terry a su en quelque sorte dédramatiser les aspects parfois incisifs du langage bop. Sans doute cela lui a-t-il facilité son entrée dans les orchestres classique de Count Basie et de Duke Ellington, dans lequel il restera une dizaine d’années.

    Soliste particulièrement apprécié des autres jazzmen, Clark Terry a constitué un point de référence important. Selon Berendt, il « est peut-être le seul trompettiste moderne à ne pas avoir oscillé entre Dizzy Gillespie et Miles Davis ».

    Au-delà de l’image quelque peu désinvolte qui colle à la peau de Clark Terry, il y a un trompettiste. L’un des plus talentueux de l’ère post-Gillespie.
 


    Après avoir acquis une notoriété respectable en tant que soliste dans l’orchestre de Duke Ellington en 1958, Clark Terry est venu enregistrer en France au studio Hoche en 1959.

 

♥     Out of Nowhere (1986)

 

 
♥♥     What Will I Tell My Heart (1986)
 
 
♥♥♥     Simple Waltz (1986)
 
 

 

 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Jazz », Editions Atlas, 1991.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 15-04-2011 à 15:26:03

petit coucou pour te souhaiter un très bon après-midi et un très bon week-end de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 15-04-2011 à 18:59:13  (site)

bonsoir Armand,
je viens de passer un bon petit moment de détente chez toi. Merci.
Souhaite que ta journée fut extra.
Très bonne fin de journée Armand.
grosse bise
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 14-04-2011 08:03

GIOTTO, L'ÉLÉGANCE FLORENTINE

 

 


        Florence 1299. Giotto reçoit dans son atelier la visite d’un envoyé du pape Boniface VIII, chargé par son maître de collecter dans toute l’Italie des dessins des plus grands peintres. L’envoyé demande donc à Giotto de lui faire, pourquoi pas à la minute même un dessin. Sans mot dire, Giotto prend une feuille et un pinceau et trace un cercle parfait. Il tend la feuille à l’ambassadeur et lui déclare en souriant : « Voilà le dessin ». L’autre, stupéfait, demande si c’est là tout ce que le peintre veut montrer au pape. « C’est plus que suffisant », répond Giotto.

    L’envoyé repartira à Rome fort mécontent, et assuré qu’on vient de se moquer de lui et du pape ! Ce dernier, en revanche, comprendra fort bien le « message » de Giotto : le cercle parfait symbolise depuis toujours la perfection de la création divine, et la façon dont Giotto a dessiné le sien est bien une preuve, à la fois modeste et éclatante, de son génie souverain…

    Petit berger, il dessine ses moutons sur des pierres – Il compose une chanson contre la pauvreté – Il entre dans la corporation des médecins ! – Dans l’Italie déchirée par la guerre, il connaît la gloire et la fortune – L’aube de la Renaissance le premier, il peint la vie et les émotions des hommes -  Après sa mort, on découvre ses fresques de peinture…
 

 
SAINT ETIENNE

 

    Les figures de saints que peint Giotto préludent à l’épanouissement de l’art du portrait en Occident. La rupture avec la tradition byzantine se révèle décisive dans ce Saint Etienne, partie d’un polyptyque aujourd’hui dispersé. Si l’artiste conserve le fond d’or des icônes et le hiératisme des attitudes, il innove par le réalisme de l’expression et la sobre virtuosité des détails décoratifs. Les yeux allongés rappellent ceux des madones primitives, mais le léger sourire apporte une première lueur d’individualisme au personnage. Une géométrie savante et pourtant discrète organise les merveilleuses broderies de la chasuble. Cette peinture raffinée et mesurée fonde un idéal esthétique qui sera pour longtemps celui de l’Occident.

1320-1325 (84 x 54 cm), Musée Horne, Florence.

 

        Giotto di Bondone ou Ambrogiotto di Bondone naît en 1267 dans une famille paysanne de Colle di Vespignano (ou à Romignano), un village près de Vicchio di Mugello, dans le nord-est de Florence, en Toscane. Il se marie avec Ciuta di Lapo di Pela, et a huit enfants, dont l'aîné, Francesco, fut inscrit en 1311 dans la compagnie des peintres de Florence.

    Giotto meurt à Florence le 8 janvier 1337 et fut enseveli avec pompe dans la cathédrale dont il avait été l'architecte…


Sources Grands peintres, éditions F. Magazine sa et Wikipedia.

Armand,
 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. patricesonneck  le 14-04-2011 à 08:43:14  (site)

L'élégance, vaste sujet... Citer cette anecdote sur Giotto pour illustrer et expliquer la démarche artistique en serait une forme.
Belle sensibilité !

2. lolo78000  le 14-04-2011 à 15:01:51

petite visite pour te souhaiter un très bon après-midi de gros bizzzous

3. lafianceedusoleil  le 14-04-2011 à 22:01:26  (site)

Bonsoir Jakin,
magnifique tableau !
souhaite que tu tiens la forme. Très belle soirée.
Je t'embrasse

4. anaflore  le 15-04-2011 à 05:49:24  (site)

tout compte fait on est peu de chose tu l'as fait revivre quelques instants
moi je vais relire la vie de gauguin ....je pars avec mes livres quelques jours s'il fait beau ce sera balade et lecture bonne semaine

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 13-04-2011 02:15

KATE

 

 

 

 

            Dans la tumultueuse Amérique des années trente, Kate Killinger, la « Femme pressée », n’a de cesse de bâtir son empire, prête à tout braver : les foudres de son père, magnat de la presse new-yorkaise, comme la guerre des syndicats. De fait, elle créera un nouveau journal destiné à concurrencer celui de son père.

    La seule fragilité de Kate, son seul déchirement, c’est sa passion pour H.H. Rourke, un inlassable chasseur de « scoop » qui, de la Longue Marche de Mao à la guerre d’Abyssinie, de l’effervescence cubaine à la jungle birmane, nous donne à voir les fractures d’un monde en plein bouleversement. Pourtant, lui non plus, ne peut oublier l’amour qu’il éprouve pour Kate…

    Kate : un couple exceptionnel, un univers violent, un grand roman d’amour et d’aventure…
 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 13-04-2011 à 12:04:29  (site)

coucou viens avec le soleil te souhaiter un très bon mercredi de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 13-04-2011 à 22:10:10  (site)

bonsoir Armand,
Merci pour cette bonne description de Kate. Ce roman doit être passionnant.
Je te souhaite une belle nuit, fais de jolis rêves.
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 12-04-2011 07:03

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

 

 

 

 

1000 FRANCS (COMMERCE ET INDUSTRIE)


  

    Type 1940. Billet mis en circulation du 24 octobre 1940 au 12 octobre 1944. D’après une œuvre de Cheffer. Impression polychrome.

    Recto : Deux têtes de femmes couronnées de feuillage dans deux cartouches ronds, encadrement de feuillage.

    Verso : Allégorie du Travail et du Commerce.

    Numérotation, date (avec Paris le…) et signature en noire.

    Filigrane : Tête de femme couronnée de fleurs.

    Nombre d’alphabets 6 384 (un alphabet = 25 000 billets, 25 lettres de 1 000 billets).

    Nota : Certaines émissions de l’année 1944 n’ont pas été retrouvées, pour certaines, nous n’avons pas confirmation de leur mise en circulation.
 


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 12-04-2011 à 14:47:36

petit coucou pour te souhaiter un bon après-midi chez nous baisse des tempèratures mais le soleil est toujours présent de gros bizzzous

2. heremoana  le 12-04-2011 à 20:42:22  (site)

un petit coucou bien frais sur Paris !! dommage !
bisous et bonne soirée

3. lafianceedusoleil  le 12-04-2011 à 22:21:24  (site)

Bonsoir Jakin,
anciens billets d'une grande beauté.
Merci Armand. Le temps s'est bien rafraichi.
Très douce nuit et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......