http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 31-05-2013 04:14

A.C. REED

A Chicago, rares sont les bluesmen qui ont pu échapper à la domination de la guitare électrique. Aux côtés des principaux pianistes et harmonicistes de la ville, quelques rares spécialistes du saxophone ont toutefois réussi à s'imposer sur la scène locale. A.C. Reed, instrumentiste subtil et parolier de talent, est certainement le plus doué d'entre eux.     A.C. Reed a longtemps travaillé en tant qu'accompagnateur avec les meilleurs bluesmen de Chicago avant de monter sa propre formation, au début des années quatre-vingt. En 1985, le public européen a pu le découvrir dans ce contexte.     A.C. Reed va devenir l'un des accompagnateur de prédilection du génial guitariste Earl Hooker, qui lui trouvera son nom de scène, emprunté à Jimmy Reed.

 


 
 
le 30-05-2013 09:38

M COMME MARLE (2) - AISNE - FRANCE

Les amateurs d'histoire pourront voir également l'ancien grenier à sel, rue Lalouette. En descendant l'avenue Charles de Gaulle, ils trouveront l'ancien relais de poste qui conserve quelques sculptures. En face, dans un coin de la place, la plus vieille maison de MARLE (1572).     En continuant vers la gare, ils trouveront un monument élevé à Saint Nicolas dont une chapelle désaffectée porte le nom. Dans toute la ville, des panneaux, posés sur l'initiative de Mr René TOFFIN, indiquent les noms des anciennes rues, places et maisons, perpétuant ainsi le passé historique de la ville...

 


 
 
le 29-05-2013 08:24

M COMME MARLE - AISNE - FRANCE

Le voyageur qui approche de MARLE aperçoit de loin le clocher de l'église.     Bâtie au début du gothique, elle est le monument le plus imposant de la cité. Son portail abrite la célèbre statue «la Vierge à l'Enfant» qui, fait très rare, sourient tous deux. A l'intérieur, on y trouve le tombeau du Sire de BOURNONVILLE, originaire de MARLE, premier lieutenant de Jean sans Peur pendant la Guerre de Cent Ans. Les amateurs de vestiges, au sortir de l'église, pourront emprunter la ruelle du château et aboutir sur les anciens remparts.     Le château est maintenant propriété privée mais en suivant les remparts, on arrive au sommet de la Tour Nord Est et de là, une vue très large s'étend sur la vallée de la Serre et ses coteaux.     On pouvait encore, il y a peu de temps, continuer la promenade par le Chemin de Ronde qui aboutit en ville mais il est en mauvais état et de ce fait impraticable...

 


 
 
le 28-05-2013 07:39

V COMME VERVINS (2) - AISNE - FRANCE

Sur la place de l'Hôtel de Ville où se trouve l'Office de tourisme vous êtes au cœur de cette histoire: sur l'ancienne Place d'Armes, juste à côté du Château des Coucy Vervins où s'est installée la Sous-Préfecture. Une place colorée par les pavés, la brique et l'ardoise des vieilles maisons qui l'entourent. Le soin apporté au fleurissement contribue aussi à son charme. Au bout de la très courte rue du Traité de Paix, l'église Notre-Dame, massive et écrasante...

 


 
 
le 27-05-2013 07:59

V COMME VERVINS - AISNE - FRANCE

Des toits pentus de Vervins et de l'enceinte fortifiée émergent trois monuments symboliques : le haut clocher de l'église, le beffroi de l'Hôtel de Ville et les tourelles du Château neuf. La grosse tour porche de l'église rappelle l'opulence de la vieille cité. Le beffroi, que Vervins fut espace de liberté écrite dans une «Loi» dès le XIIè siècle et le Château neuf, la paix qui y fut signée en 1598, après la difficile période des guerres de religion et des premières guerres européennes...

 


 
 
le 26-05-2013 07:07

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

La ville de Verdun, Nord.

 


 
 
le 25-05-2013 07:09

PATTON

Stratège de génie, érudit féru de culture latine, le général George S. Patton est né pour le combat. Mais son impétuosité et sa violence l'empêcheront d'accéder à la gloire à laquelle il pouvait prétendre.     Impétueux et violent, le général George S. Patton ne vit que pour la guerre. Stratège de premier ordre, cet érudit pétri de culture gréco-latine se révèle en revanche un médiocre politique et diplomate. Son extrémisme et ses emportements auront raison d'un génie militaire reconnu même par ses ennemis.     Patton est l'œuvre de Frank McCarthy, un homme décidé à faire un film différent sur la personnalité controversée d'un commandant militaire important de la Seconde Guerre mondiale. Son projet va mettre plusieurs années à aboutir.     Plébiscité par le public et salué par la critique internationale comme un portrait subtil du célèbre général, Patton récolte sept Oscars en 1971. George C. Scott refusera sa récompense.     Patton n'est pas un tournage facile pour l'équipe, même si le film permet à certains de se lier d'amitié et de retravailler avec Franklin J. Schaffner.     Issu de la télévision et du théâtre, Franklin J. Schaffner débute au cinéma à quarante-trois ans et s'impose en une poignée de films ambitieux comme un cinéaste incontournable de l'après guerre.     Fils d'un missionnaire de l'Eglise réformé, Franklin J. Schaffner est né le 30 mai 1920 à Tokyo. En 1926, à la mort de son père, il s'installe avec sa mère à Lancaster, en Pennsylvanie. Lorsqu'il entame ses études de droit à la Columbia University, la guerre est déclarée. Le jeune Schaffner est mobilisé et sert dans la marine en Europe, puis en Asie. Engagé par CBS Télévision, il débute comme assistant réalisateur sur des programmes d'actualité comme The March of Time. Il réalise ensuite quelques émissions en direct, avant de se lancer dans les dramatiques télévisuelles...
 


 
 
le 24-05-2013 07:40

LUTHER "GEORGIA BOY" JOHNSON

L'orchestre de Muddy Waters a été pendant plus de trente ans une véritable pépinière de talents pour le milieu du blues de la Windy City. Avec Jimmy Rogers et Luther Tucker, Luther "Georgia boy" Johnson est un des guitaristes qui se sont fait connaître sous leur propre nom après avoir fait leurs classes dans la formation du patriarche du Chicago blues.     Guitariste plus solide et efficace que virtuose, Luther Johnson était avant tout un chanteur à la voix rauque, capable de faire passer avec une conviction rare le message du blues. Il a laissé plusieurs excellents albums qui mettent en lumière ses talents de vocaliste.     A 12 ans, Luther Johnson fuit la ferme familiale et un monde sans avenir pour tenter sa chance à Milkwaukee, puis à Chicago, où il se fera connaître sous le nom de Little Luther.

 


 
 
le 23-05-2013 08:05

Une caverne m'est connue, une lampte m'a éclairé, une source m'a désaltéré ?

Cette phrase nous invite bien au travail alchimiste.
     La Caverne est le lieu ou nous broyons du noir (œuvre au noir), la séparation de la matière par la calcination de nos passions, la dissolution de notre ego afin de séparer notre esprit de notre cœur. Car la caverne est le refuge de nos mauvaises consciences. Dans la voie sèche c'est l'action de concassage de l'antimoine pour le ramener à l'état de petit granulé. Dans la voie humide c'est l'action de pulvérisation des végétaux. Dans la voie Royale c'est une série de gestes nous permettant d'amorcer, puis de refouler nos émotions.
 


 
 
le 22-05-2013 07:25

S COMME SEPTMONTS - AISNE - FRANCE

Remarquable donjon du XIVe siècle haut de 45 mètres, ancienne résidence de plaisance des évêques de Soissons. Victor Hugo, de passage dans la région le décrivit ainsi : "A deux lieues de Soissons, dans une charmante vallée, un admirable châtelet est encore parfaitement habitable. C'est la plus saisissante habitation que tu puisses te figurer"...

 


 
 
le 21-05-2013 07:08

S COMME SILLY LA POTERIE (4) - AISNE - FRANCE

      suite de la  flânerie bucolique en plein air...

Armand, Collection privée 2008, 

 


 
 
le 20-05-2013 07:59

S COMME SILLY LA POTERIE (3) - AISNE - FRANCE

        suite de la  flânerie bucolique en plein air...

Armand, Collection privée 2008, 

 


 
 
le 19-05-2013 07:02

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

Rocamadour, Lot.

 


 
 
le 18-05-2013 01:30

LES CENTURIONS

1957, Vétérans d'Indochine, des parachutistes de l'unité du colonel Raspéguy suivent leur chef en Algérie pour y mater les indépendantistes. A mesure que le conflit s'enlise, ils cèdent à la violence.     Vétérans d'Indochine, les capitaines Esclavier et Boisfeuras rejoignent le colonel Raspéguy, qui commande un régiment chargé de rétablir l'ordre en Algérie. La situation se dégradant, les soldats, encouragés par la hiérarchie, cèdent peu à peu à la violence. Seul Esclavier cherche à s'y opposer.     Lorsque Mark Robson découvre Les Centurions de Lartéguy, il montre immédiatement l'envie d'en signer l'adaptation. Avec l'aide de la Columbia, il produit lui-même le film et réunit un casting de prestige pour un tournage en Espagne.     Boudé par la critique, qui lui préfère le réalisme de La Bataille d'Alger de Pontecorve, Les Centurions triomphe auprès des spectateurs venus applaudir la performance des acteurs.     Les Centurions est l'un des rares films du cinéma américain sur la guerre d'Algérie. Certains des acteurs se retrouvent pour l'occasion.     Aujourd'hui presque oublié, Mark Robson a marqué le cinéma américain avec des sujets divers, acquérant une excellente réputation de solide artisan.     Né le 4 décembre 1913 à Montréal, Mark Robson étudie l'économie et les sciences politiques, avant d'entrer dans le monde du cinéma en 1932. Engagé par la Fox, il est stagiaire puis assistant décorateur. En 1935, il passe à la RKO, où il devient rapidement assistant monteur pour Robert Wise. Tous les deux travaillent pour Orson Welles sur Citizen Kane (1941) et La Splendeur des Amberson (1942). Devenu chef monteur sous la houlette du producteur Val Lewton et travaillant notamment sur Vaudou et l'Homme léopard, tout deux signés Jacques Tourneur en 1943, il passe à la mise en scène la même année avec La Septième Victime et The Ghost Ship,deux thrillers teintés d'horreur. Robinson continue sur cette lancée, travaillant avec la star du genre Boris Karloff sur L'île des morts (1945) et Bedlam (1946)...
 


 
 
le 17-05-2013 07:49

HUBERT SUMLIN

Hubert Sumlin fut pendant vingt cinq ans, sur scène comme en studio, le partenaire privilégié d'Howlin' Wolf. Son travail de guitare agile et délicat accompagnait merveilleusement la puissance vocale de son célèbre leader. Mais après la disparition de ce dernier, Sumlin ne sut malheureusement pas toujours mettre en avant son incontestable talent.     Hubert Sumlin, et Howlin' Wolf avaient parfois des rapports conflictuels. Ainsi, en 1956, Hubert Sumlin quitta-t-il son leader pour rejoindre pendant quelques mois l'orchestre de son principal concurrent, Muddy Waters.     Hubert Sumlin avait tout juste douze ans lorsqu'il rencontra pour la première fois Howlin' Wolf. Celui-ci eut toujours pour son guitariste une affection quasi paternelle.

 


 
 
le 16-05-2013 01:30

S COMME SILLY LA POTERIE (2) - AISNE - FRANCE

suite de la  flânerie bucolique en plein air...

Armand, Collection privée 2008, 

 


 
 
le 15-05-2013 08:05

S COMME SILLY LA POTERIE - AISNE - FRANCE

Au cœur d’un vaste parc au décor impressionniste, vous prendrez votre ticket à l’ancienne gare fluviale pour une flânerie bucolique en plein air. Vous avez le choix ! Partez pour une croisière déjeuner de 3h00 ou bien optez pour une croisière rafraîchissante jusqu’au charmant village de la Ferté Milon...

 


 
 
le 14-05-2013 02:13

L COMME LA FERTE MILON - AISNE - FRANCE

C’est à la présence, au Vième siècle, de Saint Waast et Saint Vulgis, que nous devons la naissance de la cité. Des chapelles furent construites, et des monastères s’élevèrent à leur mémoire. Entre temps une ferté, c'est-à-dire un lieu défendu, fut créé et pris le nom de FERTE EN ORXOIS ou FERTE SUR OURCQ. La ville avait une telle réputation de vertu que, vers 884, Paris, sous la menace des Normands, vint y mettre les reliques de Sainte Geneviève.     C’est le seigneur MILON qui au VIIIème siècle, aménagea la forteresse, ses remparts, et fut en quelque sorte le créateur de la ville. Ainsi naquit LA FERTE MILON...

 


 
 
le 13-05-2013 07:15

S COMME SAINT QUENTIN (3) - AISNE - FRANCE

De l'époque médiévale jusqu'à la Révolution, la collégiale bénéficie du haut patronage des comtes de Vermandois, puis de celui des rois de France, auquel s'ajoutent les libéralités des chanoines, des bourgeois et édiles de Saint-Quentin, des familles nobles du Vermandois et de prestigieux visiteurs. Tous rivalisent de générosité pour orner l'église de verrières, de peintures murales, de statues et reliefs, et pour la doter d'un mobilier liturgique et d'objets d'art dignes du grand martyr et des saints vénérés en ce lieu. De ce riche décor, évoqué par de nombreux documents, il ne subsiste plus que quelques éléments épars, l'église ayant été victime de catastrophes accidentelles, comme l'incendie de 1669, et des soubresauts les plus destructeurs de l'Histoire, telles la Révolution française et la Première Guerre mondiale. Chaque période de création ou de restauration a néanmoins laissé son empreinte, même si les interventions des XIXe et XXe siècles sont aujourd'hui les plus aisément perceptibles....

 


 
 
le 12-05-2013 07:56

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

Faune de montagne, Marmottons.

 


 
 
le 11-05-2013 00:06

STALINGRAD

En 1942, les forces allemandes ont mis le siège devant Stalingrad, ville martyre réduite à un champ de ruines, et l'armée Rouge commence à perdre pied. Mais la propagande soviétique transforme en héros national un sniper qui redonne le moral aux troupes russes et qui, pour les nazis, devient l'homme à abattre.     Alors que l'armée allemande accentue sa pression sur Stalingrad, un jeune tireur d'élite russe est remarqué par un commissaire politique qui décide de faire de lui le porte drapeau de la défense de la patrie. Cette manœuvre incite les nazis à envoyer sur le terrain leur meilleur homme pour abattre le jeune homme.     C'est à partir d'un épisode légendaire du siège de Stalingrad que Jean Jacques Annaud imagine un récit où l'affrontement de deux nations va se résumer au duel entre deux hommes. Pour lui, le tournage sera une succession de défis qu'il devra relever.     Après avoir réveillé les sensibilités nationales et bien qu'ayant été boudé par les Oscars, Stalingrad va s'imposer dans le monde entier comme un film de guerre essentiel.     Loin des productions hollywoodiennes misant sur des stars pour éveiller la curiosité et l'envie des spectateurs, Jean Jacques Annaud aura obstinément cherché le meilleur acteur pour servir un rôle, quitte à l'imposer à ses producteurs à force de ténacité ou de persuasion.     Après avoir été une vedette du film publicitaire, Jean Jacques Annaud s'est tourné vers les longs métrages réputés "infaisables" et qui ont fait de lui l'un des cinéastes les plus connus du monde.     Jean Jacques Annaud est né à Draveil, dans l'Essonne, le 1er octobre 1943. Dès l'âge de 7 ans, il est certain de sa vocation de cinéaste. Quatre ans plus tard, devant son obstination, sa mère lui offre sa première caméra et prend prématurément contact avec le directeur de l'Idhec. Il passe une licence de lettres à la Sorbonne et un BTS de cinéma à l'école Vaugirard, puis entre à l'Idhec directement en deuxième année. Après l'obtention de son diplôme, Jean Jacques Annaud se retrouve par hasard, assistant sur un film publicitaire. En 1965, il effectue son service militaire au Cameroun en tant que coopérant et cinéaste. Cette "période africaine" le marquera profondément et influencera son travail...

 


 
 
le 10-05-2013 04:04

EDDIE VINSON

Eddie "Cleanhead" Vinson s'inscrit dans la tradition des "blues shouters", ces chanteurs à la voix puissante qui ont popularisé le jazz au contact du blues, donnant ainsi naissance au rhythm'n'blues. Saxophoniste alto dans la tradition de Louis Jordan, Vinson fut aussi un interprète plein de verve et un vocaliste à l'humour ravageur.     Musicien très complet, Eddie Vinson jouait le blues sur son saxophone alto aussi bien qu'il le chantait. Sonny Parker, fut l'un des plus puissant "blues shouters". Artiste méconnu, il travailla longtemps dans l'orchestre de Lionel Hampton, avant de disparaître à l'âge de 32 ans.     En 1941, Vinson est avec l'orchestre de Larkin sur les grandes scènes de l'ouest des Etats Unis. Il rencontre Lil Green et Big Bill Broonzy, et poursuit son éducation instrumentale et vocale.

 


 
 
le 09-05-2013 08:51

S COMME SAINT QUENTIN (2) - AISNE - FRANCE

Deuxième édifice gothique de Picardie par ses dimensions, la basilique a été édifiée de la fin du XIIème à la fin du XVème siècle, sur le lieu de sépulture du martyre Quentin. Son originalité réside dans une tour porche de façade, une élévation de 34m50, un plan à double transept, un chœur radioconcentrique, un labyrinthe ancien de 260 mètres inscrit dans le pavage de la nef, des vitraux de différentes époques...

 


 
 
le 08-05-2013 06:51

S COMME SAINT QUENTIN - AISNE - FRANCE

Saint-Quentin est une ville d'Art et d'histoire incontournable. La richesse de son patrimoine architectural et naturel en fait une destination de choix. Exemple : l'Hôtel de Ville. C'est un joyau de l'art gothique flamboyant qui s'ouvre sur la grande place aux allures flamandes. Placez-vous en face du bâtiment et observez les 173 sculptures fantaisistes et les détails de la façade finement ciselée...

 


 
 
le 07-05-2013 08:00

G COMME GUISE (4) - AISNE - FRANCE

Aujourd'hui, autour du donjon, les salles d'armes, les souterrains, les galeries et pas moins d'1 km de murailles font de ce site une véritable "cathédrale militaire". Au cœur du château, le musée archéologique, des visites guidées, des ateliers pédagogiques, des expositions, des animations en costume et des "Camps chantier Patrimoine" font revivre le site en permanence...

 


 
 
le 06-05-2013 07:22

G COMME GUISE (3) - AISNE - FRANCE

Fleuron de l'architecture militaire, cette forteresse imprenable domine la Vallée de l'Oise. Dès le XIIème siècle, cette place forte frontalière fut assiégée des dizaines de fois par des ennemis venus de l'Europe. Sans cesse agrandie et améliorée, elle résista jusqu'au XXème siècle. Ses hautes murailles surgies de la terre de Thiérache témoignent ainsi, au fil des siècles et des batailles, d'une partie de la "mémoire d'Europe"...

 


 
 
le 05-05-2013 09:29

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

Le lac du Bourget, Savoie.

 


 
 
le 04-05-2013 00:45

TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES

Hawaï, 1941. Quelques semaines avant l'attaque japonaise sur Pearl Harbor se joue le destin des hommes d'un régiment américain : l'insoumis Prewitt, l'insouciant Maggio, l'intègre Warden, le cruel Judson...     En 1941, sur l'île d'Hawaï, à quelques semaines de l'offensive nippone sur Pearl Harbor, autour du camp Schofield, que rejoint le fougueux Prewitt, se concentrent tous les espoirs et toutes les souffrances d'un régiment de l'armée américaine. Au matin du 7 décembre, l'aviation japonaise attaque.     Tant qu'il y aura des hommes ne fut pas un film facile à monter. L'adaptation du roman de James Jones pour le cinéma s'avéra compliquée et le choix d'un casting idéal resta déterminant pour Harry Cohn, le patron de la Columbia.     Tant qu'il y aura des hommes est un triomphe aussi bien auprès des critiques que financièrement. Le film est aussi un tournant important pour la plupart de ses acteurs.     Tant qu'il y aura des hommes est un tournage sans histoire, à l'origine de grandes amitiés ou de rencontres importantes pour les stars du film.     Réalisateur dont la carrière est parsemée de succès et couvre presque un demi-siècle, Fred Zinnemann s'est imposé au fil des années comme un touche à tout de talent.     Né le 29 avril 1907, Fred Zinnemann étudie la musique et découvre qu'il n'a aucun talent. Il s'inscrit à la faculté de droit, mais préfère aller au cinéma. Il découvre des cinéastes comme Von Stroheim et Eisenstein, et décide de partir pour Paris à l'école technique de cinéma. Devenu caméraman, il participe en 1929 à Berlin, au tournage et à la coréalisation des Hommes du dimanche, aux côtés de jeunes gens comme Robert Siodmak et Billy Wilder. A la fin de cette même année, Zinnemann part tenter sa chance à Hollywood. Il est d'abord figurant dans  A l'Ouest rien de nouveau de Lewis Milestone. Après avoir été l'assistant de Robert Flaherty, et aussi cadreur de Bubsy Bekerley pour la comédie musicale The Kid from Spain, il réalise son premier long métrage en 1934, un documentaire pour le gouvernement mexicain intitulé The Wave. Fred Zinnemann signe un contrat avec la MGM et devient réalisateur dès 1937, dirigeant plusieurs courts métrages pour des séries comme Crime Doesn't Pay. En 1942, il met en scène deux polars musclés, Kid Glover et Les Yeux dans les ténèbres...

 


 
 
le 03-05-2013 00:59

J.B. HUTTO

J.B. Hutto a été l'un des grands représentants de la tradition de la guitare slide à Chicago. Mais il a manqué à cet excellent parolier une compagnie de disque capable de prendre sa destinée en main pour devenir l'égal de grandes figures du blues comme Muddy Waters et Elmore James. Il a toutefois réussi à mener une carrière internationale à partir de 1965.     J.B. Hutto fit ses débuts à Chicago en qualité de batteur, puis se consacre plus particulièrement à la guitare. Sur scène, il était capable de passer d'un boogie déchaîné à un blues lent et poignant, en jouant sur les inflexions de sa voix rauque et sombre.     A la fin des années quarante, J.B. Hutto est enthousiasmé par les sons étonnants qu'obtiennent Robert Nighthawk ou Elmore James avec le slide, qu'il s'empresse d'adopter.     J.B. Hutto s'était fondu dans l'anonymat des petits clubs de South Side lorsqu'il fut redécouvert en 1965 par Charlie Musselwhite. Une première séance pour Vangard a permis de relancer sa carrière.

 


 
 
le 02-05-2013 08:29

Le noir signifie la noirceur de l’action, les flammes expriment notre ardeur à en tirer vengeance et le rouge dénote...

Dans cette phrase des instructions du grade au 1er ordre, l’Elut Secret se voit rappeler une nouvelle fois le travail de la transmutation. Le noir est la noirceur de l’action, les flammes sont le blanc de l’ardeur et le rouge est le feu qui transmute. Nous voilà devant les principes fondamentaux de la voie royale.     La maçonnerie fait allusion à plusieurs reprises à l’alchimie. Nous l’avons rencontré pour la première fois dans le Cabinet de Réflexion avec le fameux VITRIOL (le soufre, le sel et le mercure). C’est déjà l’invitation pour le  futur maçon à sonder les profondeurs de lui-même pour y découvrir  ce qu’ il est.      De VITRIOL de l’initiation à INRI au 18ième, nos rituels cachent, mais dévoile à qui sait chercher, les principes de la philosophie alchimique.     Cette voie commence dès la Loge Bleue. C’est ainsi que le VM s’assure, en déroulant le Rituel, que nous sommes hermétiquement clos et que tous les présents ont la capacité à se dissoudre dans l’égrégore. Puis il donne vie au foyer en transmettant la Lumière qui déclenche le feu sacré.     Le Passage de l’œuvre au Noir, de l’œuvre au blanc et de l’œuvre au rouge doit se dérouler selon le plan qui se trouve dans la Loge et selon la formule qui elle se trouve au secret dans le cabinet de réflexion.      Au 2ième degré, quand, le compagnon par sur le chemin avec son viatique, il a dans celui-ci un miroir pour accéder à la connaissance en conscience, un morceau de pain signifiant la putréfaction de la graine de blé (œuvre au noir), du sel, le liant signifiant la rectification (œuvre au blanc) et le vin, le feu signifiant la transmutation  (œuvre au rouge).      Ainsi le Compagnon anticipe la résurrection alchimique, du Maître en devenir, en ce saisissant des angles, des nombres, des rapports et des proportions de l'Etoile flamboyante pour révéler de manière géométrique le grand œuvre alchimique.     Au 3ième degré, dans l’exaltation le récipiendaire cherche à découvrir un moyen de dépasser la mort, de renaître à une vie nouvelle et en même temps d’accéder à la pureté divine en suivant la règle alchimique : Solvé-Coagula. 
 


 
 
le 01-05-2013 01:03

G COMME GUISE (2) - AISNE - FRANCE

Jean-Baptiste André GODIN avait conçu et réalisé ce véritable "Palais social de l'avenir", où les ouvriers et ingénieurs vivaient sur un pied d'égalité.     Situé près de l'usine Godin, cet ensemble urbain édifié entre 1856 et 1883 compte 500 logements équipés d'un confort d'avant-garde pour le XIXème siècle (eau, toilettes, vide-ordures à l'étage, etc.) mais aussi d'une école, d'une bibliothèque, de magasins d'approvisionnement, d'un jardin, d'un théâtre, d'une piscine...     Ce concept autogestionnaire innovant fonctionnera sans difficultés économiques jusqu'en 1968. Aujourd'hui, quelques 300 familles habitent toujours le Familistère, l'usine Godin est encore en activité et emploie près de 250 personnes...

 


 
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......