http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 31-03-2011 09:10

MODIGLIANI, LE PRINCE DE MONTPARNASSE

Début janvier 1920. Amadeo Modigliani s’est enfermé dans la chambre qui lui sert d’atelier à la Grande Chaumière, à Montparnasse, pour vivre ses derniers jours, seul avec sa compagne Jeanne. Il sait qu’il va mourir. Jeanne, enceinte, à présent désespérée, elle qui avait tant cru que son amour absolu pourrait sauver son bien aimé, ne songe pas, ne songe plus à l’aider : elle n’a pas cru le médecin, qui a diagnostiqué une simple néphrite. Dans le désordre et la saleté de l’atelier, les deux amants vivent leurs dernières heures d’amour fou, d’amour tragique.    Après être resté deux jours sans nouvelles, des amis tambourinent à la porte sans obtenir aucune réponse. Ils finissent par l’enfoncer et découvrent un terrible spectacle. Dans l’atelier privé de chauffage, Amadeo et Jeanne sont allongés sur un pauvre matelas, le plancher et les draps sont recouverts des morceaux de métal luisant des boîtes de sardines éventrées qui ont été leur ultime nourriture, et de bouteilles vides, de morceaux de charbon que les occupants de la chambre n’ont plus la force d’apporter au poêle de la pièce glaciale.    Dans un coin de l’atelier un dernier tableau, inachevé, est resté sur le chevalet. Tandis qu’on transporte le peintre devenu presque inconscient à l’hôpital de la Charité, sa compagne prostrée, fixe le plafond. Elle sait que la mort n’a pas quitté l’atelier : elle rôde encore, elle l’appelle, et à cet appel Jeanne répondra bientôt, rejoignant à jamais celui qu’elle a tant aimé…    Il paie ses whiskies avec ses dessins – Dès trente ans, ravagé par l’alcool et la drogue –  Séduisant et ténébreux, il court les filles et s’enivre de haschisch et d’absinthe – Elégance et volupté, il peint le mystère des corps nus et des visages humains - Ses toiles sont saisies pour outrage à la pudeur…
 


 
 
le 30-03-2011 05:55

LES CINQ POINTS PARFAIT DE LA MAITRISE

LA RÉSURRECTION SYMBOLIQUE...

Lors de l’élévation au grade de Maître Maçon, moment essentiel de l’initiation, un rite surprenant est pratiqué : la mise en œuvre des « Cinq points parfaits », liée à une résurrection symbolique qui s’inscrit dans une longue tradition que décrypte l’auteur.    En s’éveillant à la réalité spirituelle de la Maîtrise, le récipiendaire revit la légende d’Hiram et en découvre la véritable signification. Du mythe osirien à la présence alchimique de « l’Homme debout », cet ouvrage approfondit la vaste symbolique des « points parfaits » à l’aide d’une abondante iconographie.De culture franco-britannique, Percy John Harvey est ingénieur dans le domaine aéronautique et spatial. Il a effectué des recherches informatiques appliquées à l’exploration fonctionnelle en hémodynamique. Franc-Maçon depuis trente ans, il s’intéresse à l’iconographie sacrée et à l’herméneutique…
 


 
 
le 29-03-2011 08:24

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

100 FRANCS (PAUL CEZANNE)
    Type 1997. Billet mis en circulation le 15 décembre 1997 jusqu’à l’arrivé de l’Euro. Impression polychrome.    Recto :     Le portrait de Paul Cézanne domine le recto du billet. En arrière-plan, on découvre l’évocation du tableau « La mer à l’Estaque », peint en 1878-1879, à une période où Cézanne se démarque des théories impressionnistes pour retrouver un dessin vigoureux et une composition classique. Au-dessus du filigrane est représentée une vue du « Jas de Bouffan », la résidence paternelle de Cézanne pour laquelle le peintre exécuta, entre 1864 et 1868, quelques toiles décoratives dont la « Madeleine pénitente » et le « Baigneur au rocher ». Plus à gauche, apparaît une interprétation simplifiée de la palette rectangulaire de Cézanne. Sous le filigrane, on distingue, faiblement visible à l’œil nu car imprimée en encre incolore brillante, la silhouette de la montagne Sainte-Victoire, l’un des motifs favoris du maître d’Aix et le principal sujet de nombre de ses toiles célèbres. Enfin, à droite de la montagne Sainte Victoire, apparaît une représentation stylisée des personnages de la célèbre toile « Les Joueurs de cartes » partiellement colorée en vert et orangé, un thème traditionnel dont le peintre réalisera cinq versions entre 1892 et 1896.
 


 
 
le 24-03-2011 19:31

LE MOT DU WEBMASTER

BONJOUR LES AMI(E)S VISITEURS ET VISITEUSES
LE WEBMASTER RENTRE DANS LE SILENCE POUR QUATRE JOURS...
 


 
 
le 24-03-2011 00:00

RENOIR, LE PEINTRE DU BONHEUR

Septembre 1919. Renoir n’est plus qu’un squelette vivant tourmenté par la douleur, un paquet d’os et de peau que rien ne peut apaiser, que la peinture. En pleine gloire, à 78 ans, et pour son dernier voyage à Paris, il visite le Louvre, ouvert pour lui tout seul. On le promène à travers les salles et il s’arrête longuement devant les toiles des maîtres qui lui ont tout appris : c’est toute sa vie de travail acharné qui semble ainsi défiler devant ses yeux.    Bien des années ont passé depuis cette époque de vache enragée où le jeune et fougueux peintre entassait dans sa mansarde les toiles invendues et les traites des fournisseurs ; c’était le temps béni de la jeunesse, de l’insouciance, du génie en herbe…    Dans une salle du trône le portrait de Madame Charpentier, un de ses chefs-d’œuvre… Celui que l’on appelle le « pape » de la peinture, fixe les yeux brillants, cette toile qu’on a osé accrocher de son vivant dans le plus beau musée du monde. Renoir, qui voulait en avoir le cœur net, ne peut plus douter : la toile est ici chez elle et les splendeurs qui l’entourent, tel un écrin prestigieux, ne font que la rendre plus belle… Le vieux peintre sait maintenant qu’en donnant sa vie à la peinture, il a mérité de ne pas mourir dans la mémoire des hommes ; la mort peut le prendre, il lui restera pour toujours étranger…    Pour vivre il peint des assiettes – Arrêté pendant la Commune, il échappe de justesse au peloton d’exécution – Poursuivi par la pauvreté, il fait des portraits mondains pour vivre - « Ses femmes nues ressemblent à des cadavres » - Son fils Jean devient aussi célèbre que lui – « J’aime peindre les seins des femmes » - Un hymne au corps de la femme, paralysé il continue à peindre un monde de couleurs et de beauté…
 


 
 
le 23-03-2011 05:13

LA FRANC-MAÇONNERIE EN DÉBAT

PAROLES CROISÉES...

Dépassant les habituels commentaires historiques ou d’autosatisfaction ésotériques, les auteurs considèrent la maçonnerie comme un objet d’étude scientifique, théorique et pratique, dont elle peut ressortir enrichie, et posent un certain nombre de questions. En quoi la franc-maçonnerie se distingue-t-elle ? Comment peut-elle ménager les aspects traditionnels sans renoncer aux approches contemporaines ? Quelles mesures concrètes proposer ?…    Dans un précédent ouvrage, Jacques Fontaine avait développé plusieurs concepts clés qui définissaient les principes d’une maçonnerie renouvelée, la franc-maçonnerie libérative. Une fois ces concepts appelés, ainsi que les réactions de Marcel Bolle de Bal, s’engage un dialogue sans faux-semblants, dans lequel un certain nombre de thèmes sont abordés : le phénomène maçonnique, l’initiation, la mixité, les enjeux maçonniques, la fraternité et ses ambivalences, le travail en Loge…    En s’appuyant sur les sciences humaines, parfois négligées par l’Ordre, cet ouvrage tente de fonder un regard original sur la franc-maçonnerie et d’apporter des propositions de réforme concrètes.Marcel Bolle de Bal, sociologue et psychologue, professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles, consultant en entreprise, est franc-maçon. Il a publié plusieurs ouvrages dont La Franc-maçonnerie, porte du devenir, Détrad (1998), La fraternité maçonnique, Edimaf (2001), L’initiation maçonnique, à partir et au-delà du secret, Détrad (2004), Les sept piliers de la reliance maçonnique, Edimaf (2009).Jacques Fontaine, psychopédagogue, ancien responsable de l’innovation pédagogique dans une grande entreprise française, est franc-maçon. Il a notamment publié une dizaine d’ouvrages sur la formation des adultes et le management dont La formation à l’évolution des emplois, Eyrolles (1992), L’entreprise de la valeur, les éditions d’organisation (2001).
 


 
 
le 22-03-2011 06:53

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

100 FRANCS (CORNEILLE)
    Type 1964. Billet mis en circulation du 2 avril 1964 au 1er février 1979. D’après une œuvre de Le Feuvre. Impression polychrome.
 


 
 
le 21-03-2011 11:50

S COMME SOMONE - ARRIVÉE DE LA PÊCHE EN PIROGUE COLLECTIVE - SENEGAL

        "...La pirogue arrive dans la vague, la vitesse porte l’embarcation à moitié sur le sable humide. Le capitaine coupe le moteur, le second saute à l’eau et retient l’arrière de la pirogue, le reste de l’équipage saute à son tour et se positionne les mains sur les plats-bords de chaque côté. Comme pour la mise à l’eau, on attend que de grosses vagues viennent mourir sur la plage pour bénéficier du phénomène de levier et dégager la totalité de la pirogue sur le sable. Quand l’arrière est au sec, le capitaine et le second jettent les filets récupérés en mer sur le sable et se dirigent vers la proue, s’y appuient pour faire bascule, les autres poussent sur le côté pour faire pivoter la pirogue. L’opération se renouvelle avec la poupe et ainsi l’embarcation avance en « Z » pour se dégager du sable humide.

 


 
 
le 20-03-2011 09:09

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

Auverne, l'estive toujours de mise dans cette région.

 


 
 
le 19-03-2011 10:09

LE MASSACRE DE FORT APACHE

Nommé commandant de Fort Apache, le colonel Thursday entend reconquérir les lauriers d’une gloire passée. Pour cela, il est prêt à déclencher une guerre contre Cochise, le chef des Apaches.    John Ford s’attaque au premier opus de sa trilogie militaire qui sera suivi par La Charge héroïque et Rio Grande. Ce western dénonce l’obstination et le mépris d’un militaire à l’égard des Indiens, menant ses hommes au massacre.     Tourner avec John Ford n’est pas une promenade de santé. Les comédiens doivent subir les humeurs du réalisateur.    Succès critique, Le Massacre de Fort Apache explore la face cachée de l’Amérique et de ses mythes.    Carrure de titan, rire d’ogre, Victor McLaglen a su jouer de son physique de colosse pour s’attirer les faveurs du public.    Né le 11 décembre 1883, dans le conté de Kent en Angleterre, Victor McLaglen est l’aîné d’une famille de huit garçons. Intrépide et querelleur, le jeune homme n’est pas âgé de 14 ans lorsqu’il quitte le foyer pour s’engager dans l’armée. Grand et particulièrement athlétique, McLaglen parvient à intégrer un régiment en ne révélant pas son âge. De retour à la vie civile, il accumule les petits boulots. Le solide gaillard se fait tout à tour chercheur d’or en Australie, bonimenteur dans les foires, lutteur et boxeur professionnel. Certains lui prêtent même des activités de garde du corps pour un rajah. Son tempérament fougueux et sa prestance l’incitent à choisir les métiers de la scène. Sur les planches ou sur les pistes des cirques anglais, il assure le spectacle. Repéré par un producteur, il débute sa carrière au cinéma dans The Call of the Road (1920), un film d’aventures dans lequel il tient le rôle principal. Après quelques longs métrages en Grande Bretagne, il part pour les Etats Unis…
 


 
 
le 18-03-2011 06:24

CHARLES MINGUS

Contrebassiste, pianiste, arrangeur, Charles Mingus a été également un très grand compositeur de jazz. Cet homme qui, toute son existence, fut un écorché vif, un homme en révolte contre une société qui ne voulait pas admettre l’égalité entre les hommes de races différentes. Sa musique est complètement imprégnée de sa perception de la vie et de la mort, c’est un cri de colère qui ne peut que nous prendre aux tripes.    Alors que sa musique est un véritable pont entre le bop et le free-jazz, Charlie Mingus n’en fut pas moins au crépuscule du bop l’un des plus ardents défenseurs de la musique de Parker.    Le jazz workshop fondé par Charlie Mingus attirera grand nombre de musiciens. Ce groupe reste à jamais un des plus grands laboratoires de l’histoire du jazz.    Considérée comme un instrument secondaire dans les orchestres de jazz, la contrebasse allait acquérir ses titres de noblesse grâce à Jimmy Blanton, le « sidemen » d’Ellington, mais aussi grâce à Walter Page, le complice de Count Basie, et à Red Callender qui devait initier Mingus à la basse.    « The Clown » et « Tijuana Moods », albums enregistrés en 1957 mais édités en 1962, sont certainement deux des meilleurs albums de Mingus.    Dans l’album « Mingus Revisited », Charlie engage une réflexion sur sa carrière de créateur. Pour la première fois, il joue aux côtés d’Eric Dolphy.
 


 
 
le 17-03-2011 09:34

DALI, LE PROVOCATEUR DE GÉNIE

Novembre 1934. Dali va conquérir New York. Au départ du train pour le Havre, il se tapit dans un compartiment de troisième classe, tous près de la locomotive, « pour arriver là-bas plus vite ». Autour de lui, des montagnes de tableaux solidement arrimés et auxquels, pour plus de sûreté encore, il a attaché des cordes reliés à ses vêtements ou à ses doigts. Très pâle, nerveux, il craint que quelqu’un ne lui subtilise ses « montres molles », et pour rester auprès de ses œuvres il refuse de déjeuner en route.    Enfin embarqué sur le bateau qui va lui faire franchir l’Atlantique, il se tient coi, comme un animal prêt à bondir et, jusqu’au dernier moment, reste enfermé dans sa cabine, ses valises bouclées depuis trois jours. Mais une fois à terre, Dali se déchaîne. Un magnifique portrait de Gala avec deux côtelettes d’agneau en équilibre sur son épaule fait tout de suite le plus saisissant effet, ainsi que le tract qu’il distribue partout, et qu’il a sobrement intitulé « New York me salue ».    Dans ce texte fou, il demande pourquoi on lui a érigé une statue, il y a si longtemps, bien avant sa naissance, « une statue plus haute qu’aucune autre » : cette statue qui représente et salue à la fois Dali, c’est la statue de la Liberté, qu’il n’a pas tort de croire sienne : c’est une superbe allégorie de la vie et de l’œuvre du grand conquistador de la peinture…     « A 6 ans, je voulais être cuisinière ; à 7 ans, Napoléon » - Il réalise un scénario pour les Max Brothers – Il peint au milieu des rhinocéros du zoo de Vincennes – « Gala, l’abeille, miel de ma vie d’homme » - Conquistador du surréalisme, il brave tous les scandales – L’amour fou, il séduit la femme d’Eluard et lui consacre sa vie – Visionnaire de génie, il peint des rêves fulgurants…
 


 
 
le 16-03-2011 04:00

LA PIERRE ET LE SABRE

Personnage historique devenu héros légendaire, Myiamoto Musashi a inspiré à Eijii Yoshikawa ce fabuleux roman qui est l’Autant en emporte le vent du Japon. Qui était Musashi ? A 20 ans, un jeune homme insupportable, véritable petit coq de combat, qui ne rêvait que d’en découdre et pour qui le maniement du sabre était un but en soi.    Puis il croisa un maître, un moine, et sa vie en fut transformé. Non qu’il cessât de parfaire sa science des armes, de parcourir les routes, poursuivi par tous ceux que son audace, sa diabolique habileté, son incroyable sang-froid rendaient fous de rage.    Mais cette vaillance, il avait compris qu’elle n’était qu’un moyen de parvenir à la sagesse, de dominer les forces du mal. Avec pour alliée et amante, toujours présente et discrète, la douce Otsu qui exalte, le réconforte et l’empêche de tomber dans les pièges que d’autres femmes ne cessent de lui tendre.    Histoire de cape et d’épée, d’amour et d’aventures, La pierre et le sabre est aussi un authentique témoignage sur la vie des Japonais du 17ième siècle : les samouraïs bien sûr, cette aristocratie militaire, et surtout le petit peuple – marchands, artisans, paysans, moines, guerriers – truculent, paillard, rusé, mais aussi étonnamment instruit, sensible à l’art et à la poésie…
 


 
 
le 15-03-2011 02:50

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

100 FRANCS (BILLET DRAPEAU)
    Billet mis en circulation en 1944 par l’armée américaine pendant le conflit de la seconde guerre mondiale.    Recto : Liseré gris sur fond vert rappelant le dollar.     Verso : dégradé de couleur rosé en rayon représentant une lumière symbolique, dans un cartouche central le mot France entouré du triptyque Liberté, Egalité, Fraternité.    Numérotation en noire.    Filigrane : Pas de filigrane.    Note : Le général De Gaulle, qui avait créé à Londres le Comité français de la Libération nationale (CFLN), puis en France le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), s'oppose vigoureusement à l'AMGOT (Allied Military Government of Occupied Territories) prévu en France pour une durée de un an.    Il déclare notamment que les billets de banque, appelés communément billet drapeau, mis en circulation en Normandie par l'armée américaine immédiatement après le débarquement n'étaient que de la fausse monnaie. Il s'agissait de billets verts libellés en francs. Franklin Delano Roosevelt finit par admettre la légitimité du GPRF le 23 octobre 1944, après le discours de De Gaulle au balcon de l'Hôtel de ville de Paris le 25 août.
 


 
 
le 14-03-2011 07:18

S COMME SOMONE - ARRIVÉE DE LA PÊCHE EN PIROGUE INDIVIDUELLE - SENEGAL

        "...Il est 14 h 30 quand la pirogue se présente à 100 mètres de la côte. Le capitaine pointe l’éperon sur le lieu de garage et accélère le moteur pour lui donner la puissance maximale. La manœuvre est importante car il faut passer le brisant en pleine vitesse pour que la dernière vague porte l’embarcation au delà du ressac. En cas d’échec la force du ressac rejette la pirogue vers l’arrière et le brisant se charge généralement de la retourner, le risque est de perdre la totalité de la cargaison..."
 


 
 
le 13-03-2011 08:34

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

Au pays des cigognes... Le Haut Koenigsbourg (Bas Rhin).
 


 
 
le 12-03-2011 09:02

... ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS

Le dénommé l’Indien s’évade de prison et projette de dévaliser l’imprenable banque d’El Paso. Deux chasseurs de primes s’associent afin d’éliminer la bande de ce hors-la-loi redoutable.    Une année après le tournage de Pour une poignée de dollars, Sergio Leone retourne à Almeria, dans le sud de l’Espagne, pour y commettre le second volet d’une trilogie appelée à devenir mythique.    Des comédiens de nationalités les plus diverses s’affrontent et sympathisent dans les décors sauvages du Sud de L’Espagne.    Après Pour une poignée de dollars, Sergio Leone divise une nouvelle fois la critique parisienne.    Englué dans une interminable série télévisée américaine, Clint Eastwood est devenu superstar mondiale par le biais du western italien.    Clint Eastwood est, en regard du star système américain, une manière d’exception. c’est le seul comédien américain à être devenu superstar en son pays par le biais du cinéma européen. Il naît le 31 mai 1930 à San Francisco, fait ses études à la Technical High School de Oakland puis travaille aux hauts fourneaux de la Beethleem Steel Compagny avant de faire son service militaire comme maître nageur. Démobilisé, il travaille en tant que terrassier, creusant des piscines pour les villas de Beverly Hills. En 1955, il rencontre le réalisateur Arthur Lubin qui lui suggère de faire un bout d’essai dans les studios Universal. Pris sous contrat par cette compagnie, Clint apparaît en tant que figurant dans une pogné de films tel que Francis in the Navy, La Revanche de la Créature ou Tarantula. En 1956, il apparaît fugitivement dans son premier western : La Corde est prête. Avec Ambush at Cimarron Pass, western produit par la Fox, il décroche un rôle de second plan qui lui vaudra peut-être d’être engagé par les responsables de la chaîne TV CBS pour incarner le personnage de Rowdy Yates…
 


 
 
le 11-03-2011 03:51

MAX ROACH

Faire avec le rythme ce que Bach faisait avec la mélodie » : telle est la devise de Max Roach. Prototype du batteur moderne, grand prêtre de la polyrythmie, le drummer préféré de Charlie Parker a également joué un rôle non négligeable dans le mouvement hard bop. Toute son existence, enfin, Max Roach s’est fait le défenseur acharné de la cause noire. En atteste son manifeste, « We Insist, Freedom Now Suite » !    C’est avec Dizzy Gillespie que Max Roach entre pour la première fois de sa carrière dans un studio. De cette séance est né le fabuleux morceau « Bean’s Talking Again ».    Max Roach formera avec le trompettiste Clifford Brown l’une des quintettes les plus prestigieux des années cinquante. A l’origine du hard bop, Roach et Brown enregistreront un album essentiel dans l’histoire du jazz.
 


 
 
le 10-03-2011 07:56

MAGRITTE, L'INSOLENT MAGICIEN

Bruxelles, 1947. Un peu nostalgique des grandes années surréalistes, temps béni où Eluard, Breton et Max Ernst scandalisaient la société française au lendemain de la Première Guerre mondiale, le peintre René Magritte décide, au lendemain de la Seconde, de renouer avec la dérision et la violence d'antan.    Comme un jeune homme (il a alors quarante-neuf ans), il publie des tracts à faire rougir un corps de garde, fait parvenir aux journaux des lettres enflammées et organise un canular des plus surréalistes, envoyant à  de nombreuses personnalités bruxelloises une fausse invitation pour une conférence de sexologie ! La blague marche à fond, tout Bruxelles en parle, et Magritte es ses amis fêtent l’événement dans la salle à manger du peintre, qui lui sert aussi d’atelier.    Le peintre alors oublie vite les armés, les curés et la politique en écoutant sa femme Georgette lui jouer au piano une Gymnopédie de Satie. Demain, le rêveur reprendra son pinceau, mettra de l’ordre dans ses hantises, et ses démons circuleront à nouveau à pas immobiles sur ses toiles…    Il a treize ans quand sa mère se suicide – A 22 ans, il rencontre la femme de sa vie et elle restera son unique modèle – Insolent et provocateur, avec ses amis surréalistes, il multiplie les scandales - Il fait paître des vaches devant l’Opéra – Pour un tableau, il hésite entre vingt titres – Un arbre est une image d’un certain bonheur – Etrange et familier, il peint notre univers quotidien aux couleurs du rêve et du mystère.
 


 
 
le 09-03-2011 07:23

SINOUHE L'ÉGYPTIEN

Pour retrouver Ithaque et Pénélope, Ulysse avait accompli l’un des plus extraordinaires périples à travers le monde antique, entre hommes et Dieux. Le médecin égyptien, Sinouhé, dans le roman de Mika Waltari, parce qu’il s’est vendu comme esclave par amour d’une courtisane, va, à son tour, vivre une étonnante odyssée à mi-chemin des mythes et de la réalité.    Ce médecin, un peu espion au profit de son protecteur de Pharaon Aménophis IV, va exercer son métier et sa curiosité de Thèbes à Babylone, chez les mystérieux Hittites comme parmi les Crétois soumis à la puissance du Minotaure.    Nous enseignant sur tous les aspects de la vie quotidienne de ce 2ième siècle avant Jésus-Christ. Nous initiant à la politique, la religion et les sciences en nous faisant vivre de personnage en personnage et de pays en pays. Sinouhé l’Egyptien est un étonnant roman d’aventures et d’histoire, mais aussi une réflexion tout à fait contemporaine sur la destinée de l’homme, sur son amour de la liberté, du plaisir et du pouvoir en même temps que sur sa cupidité, sa violence et son injustice.    Ce livre est l’évocation merveilleuse du destin exemplaire d’un homme qui se meut dans la légende, et que le génie de Mika Waltari nous rend presque familier.
 


 
 
le 08-03-2011 08:44

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

100 FRANCS (JEUNE PAYSAN)
    Type 1945. Billet mis en circulation du 7 novembre 1945 au 1er avril 1954. D’après une œuvre de Pougheon. Impression polychrome.    Recto : Paysan avec un attelage de bœufs.     Verso : Famille de marins.    Numérotation, date et signature en noire.    Filigrane : Tête de jeune homme de face coiffée avec une raie à droite.    Nombre d’alphabets 606 (un alphabet = 2 500 000 billets, 25 lettres de 100 000 billets).     Nota : Le numéro 40 du 3.12.1953, a circulé : 569 à 573 – 574 A B et C. Les alphabets 575 et 576 n’ont jamais été mis en circulation.
 


 
 
le 07-03-2011 03:30

S COMME SOMONE - LA PÊCHE AU LARGE SUITE - SENEGAL

        ...Yacou se remet droit sur l’avant de la pirogue et cherche sur l’horizon les flotteurs munis de drapeaux qui marquent l’emplacement du mouillage. le capitaine conduit son embarcation sans boussole, ni sextant. A nos interrogations il répondra simplement que c’est une question d’habitude et d’instinct. Il tient compte de l’heure, de la position du soleil, du temps de navigation et du sens de la vague, quand la côte est apparente, il se dirige en observant des repères facilement identifiables comme la pointe d’une mosquée, un château d’eau, ou la façade d’un grand hôtel.

 


 
 
le 06-03-2011 11:46

LE MOT DU WEBMASTER

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 


 
 
le 05-03-2011 09:47

LA POURSUITE INFERNALE

Pour venger la mort de l’un de ses frères, Wyatt Earp devient le shérif de Tombstone, où règne le redoutable Doc Holliday. Les deux hommes ont rendez-vous avec la légende… à O.K. Corral.    Au lendemain de la guerre, John Ford se tourne à nouveau vers le western et remanie un vieux projet intitulé L’Homme qui aimait la paix, qui doit marquer le retour d’Harry Carey, sa première star. Mais le cinéaste ne trouve pas les capitaux nécessaires. Au téléphone, Darryl F. Zanuck lui parle d’un nouveau film.    Six ans après les Raisins de la colère, John Ford retrouve Henry Fonda lui offrant la chance de relancer sa carrière.    Des décennies seront nécessaires à la critique pour élever la Poursuite infernale au rang de chef-d’œuvre.    Par sa droiture et son intransigeance, Henry Fonda personnifie à lui seul une certaine idée de l’Amérique et du cinéma Hollywoodien.    Né en 1905, Henry Fonda débute au théâtre en 1926. Il y est tour à tour acteur, décorateur, accessoiriste. C’est grâce à Dorothy Brando (mère de Marlon), qu’il obtient son premier vrai rôle dans You and I. Le succès vient en 1934 avec The Farmer Takes a Wife, pièce qui est aussitôt acheté par la Fox pour en faire un film. Naturellement, Fonda est engagé pour y reprendre son rôle face à Janet Gaynor. Avec la Fille du bois maudit (premier long métrage en technicolor sorti en France), puis J’ai le droit de vivre, Miss Manton est folle, et Le Brigand bien aimé, Fonda devient très connu du public. Mais dans ces films, il n’est jamais seul en tête d’affiche. Il est toujours associé à une star féminine (Barbara Stanwyck, Sylvia Sydney, etc.), ou il apparaît comme un important second rôle face à Fred MacMurray ou Tyrone Power…
 


 
 
le 04-03-2011 07:19

JOHN COLTRANE

Appartenant à cette catégorie en voie de disparition qu’on appelle les conquérants, John Coltrane a été le complice de Miles Davis et de Thelonious Monk, avant de former le quartette le plus révolutionnaire de la musique négro américaine. Saxophoniste surpuissant qui a fait du jazz un chant incantatoire, une quête mystique, Trane est en outre le seul créateur de jazz qui se soit, autant de fois, remis en cause.    Après son séjour dans la marine, John Coltrane, de retour à la vie civile, découvre le bop à Philadelphie. L’année suivante, il rencontre deux grands : Charlie Parker et Dizzy Gillespie.    Après avoir joué dans l’orchestre de Dizzy Gillespie, John Coltrane fera résonner son saxo dans la formation d’Earl Bostic et surtout dans celle de Johnny Hodges, son idole.
 


 
 
le 03-03-2011 07:21

PISSARRO, L'ANARCHISTE AU GRAND CŒUR

Fin juin 1870. Julie et Camille Pissarro, après quelques mois passés à Londres pour fuir la guerre, la famine et les Prussiens, rentrent dans leur maison de Louveciennes, occupée pendant quatre mois par les soldats de Bismarck et de Guillaume 1er. Ils imaginaient le pire : le pire est dépassé. La maison a été transformée par les occupants en caserne, en écurie, en bordel. Tandis que Julie, comme toujours courageuse, s’attaque sans mot dire à ce monceau de ruines, Pissarro jette un regard épouvanté sur ses toiles maculées et éventrées : les Prussiens les ont utilisées comme tabliers pour égorger des poulets ou écorcher des lapins ! Nombre de tableaux ensanglantés gisent sur un tas de fumier…    D’autres, déclarés sans valeur par les gendarmes, venus inventorier les dégâts après le départ des Prussiens, ont été récupérés par les villageoises qui s’en servent, elles aussi, comme tabliers pour aller au lavoir ? Le travail d’une vingtaine d’années, près de mille cinq cents œuvres, vient d’être presque entièrement détruit.    Mais Pissarro n’est pas homme à pleurer longtemps sur ses malheurs. Il se remet aussitôt au travail, et la ronde des chefs d’œuvre va reprendre, seule réponse du génie à une soldatesque aveugle.    Il s’enfuit à Caracas et s’habille en gaucho et découvre la liberté –  Anarchiste passionné, il dénonce avec violence le pouvoir de l’argent - Accablée par la misère, sa femme songe au suicide – Il peint plus de 2000 tableaux et devient l’un des maîtres de l’impressionnisme - A soixante-deux ans, il est enfin célèbre…
 


 
 
le 02-03-2011 07:01

CHAVETA

L'Arche d'or des incas...

A 23 ans, Jeromine Pasteur, arrière-petite-nièce du grand savant, rompt son mariage en huit jour, construit un voilier et s’embarque pour le Brésil : en solitaire. Une périlleuse odyssée qui va la conduire jusqu’au cœur de la jungle péruvienne. C’est là qu’elle renaît à une nouvelle vie dans la tribu des Ashanincas qui l’initie à ses rites et ses secrets. C’est avec ses nouveaux amis qu’elle part à travers la jungle à la recherche de la fabuleuse « arche d’or des inca » par laquelle fut convoyé le trésor d’un empereur inca menacé par les conquistadores…
 


 
 
le 01-03-2011 06:46

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

100 FRANCS (SULLY)
    Type 1939. Billet mis en circulation du 19 mai 1939 au 15 mai 1942. D’après une œuvre de Jonas. Impression polychrome.    Recto : Buste de femme couronnée de lauriers représentant la France et vue de Paris.     Verso : Buste de Sully et paysage de Sully sur Loire au 16ième siècle.    Numérotation, date et signature en noire.    Filigrane : Profil couple de Mercure et Cérès.    Nombre d’alphabets 31 176 (un alphabet = 25 000 billets, 25 lettres de 1 000 billets).     Nota : Les numéros 3 et 5 du 22.06.1939 et du 24.8.1939 ont été imprimés sur papier chiffon. Pour le numéro 27 du 18.4.1940, les alphabets 9649 à 9752 ont été brûlés à Chamalières en juin 1940. Le dernier alphabet ayant circulé est l’alphabet 30426. L’émission du 15.5.1942 n’a jamais été mise en circulation.
 


 
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......