http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 04-04-2011 04:19

S COMME SOMONE - LE NETTOYAGE DES FILETS - SENEGAL

 

 

 

      "...Pape donne à chaque manœuvre un poisson pour les récompenser de leur aide, et jette avec l’aide de Yacou le reste de la pêche sur le sable. Babakar démonte le moteur hors-bord et range la nourrisse de carburant. Samba nettoie les filets en les tapant sur le sable humide et en les rinçant à l’eau de mer. Antou le mousse, qui est revenu, finit d’écoper la pirogue et assèche le fond avec un vieux chiffon..."

 

(Extrait, Mémoire de DEA d'Anthropologie, soutenu en 2004 sous la direction du Professeur Bruno Martinelli) 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2004, 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 04-04-2011 à 16:07:49

petit coucou pour te souhaiter un bon après-midi et un très bon début de semaine de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 04-04-2011 à 21:25:35  (site)

bonsoir Armand,
très belles photos !
toujours plein d'humour dans ton commentaire laissé chez moi.
Souhaite que tu as bien débuté la semaine.
Douce nuit et à demain Jakin
Bisou

3. lolo78000  le 05-04-2011 à 08:04:51  (site)

petit coucou matinal avant de partir au travail pour te souhaiter un très bon mardi de gros bizzzous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 03-04-2011 08:15

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

   

 


 

Les Arcs, Savoie, Station été hiver.

 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 03-04-2011 à 10:04:02  (site)

coucou très bon dimanche et bon repos de gros bizzzous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 02-04-2011 08:51

IL ÉTAIT UNE FOIS LA RÉVOLUTION

 

 

 

 

        Durant la révolution mexicaine, Juan, voleur de diligences, rencontre John, dynamiteur irlandais. Les destins des deux hommes s’entremêlent et, bien malgré eux, ils deviennent des héros.

    Deux hommes de culture et de milieux sociaux différents se rencontrent dans un contexte révolutionnaire. Ils apprennent à s’apprécier et mettent cette amitié nouvelle au service d’une juste cause.

    Unanimement plébiscité en son temps, le film apparaît aujourd’hui légèrement déclassé face aux autres films de l’auteur. Ce n’en est pas moins un chef-d’œuvre du genre !

    Piégé par la production, Sergio Leone doit accepter un casting qu’il estime bancal. Heureusement, ses fidèles collaborateurs sont là.

    L’Europe réserve un accueil chaleureux au « Leone nouveau » tandis que les Etats-Unis le boudent.

    Avec désinvolture et talent, James Coburn a promené sa silhouette dégingandée et inimitable au sein de western de légende.

    James Coburn naît le 31 août 1928, à Laurel, dans le Nebraska. Il étudie l’art dramatique à l’Université de Los Angeles, puis se rend à New York pour suivre les cours de Stella Adler. Il débute sur les planches, puis apparaît sur le petit écran dans  une palanquée de séries dont Tales of Wells Fargo, Wagon Train, The Rifleman, Bronco, The Restless Gun, Black Saddle, The Californians, Rough Riders, Johnny Ringo, Tombstone Territory, The Life & Legend of Wyatt Earp (des titres qui sentent bon le western traditionnel) ainsi que d’autres, plus connues sous nos climats, comme Au Nom de la loi, Bonanza ou Alfred Hitchcock Présente. Il poursuit cette florissante activité télévisuelle jusqu’en 1964, mais entre-temps, il devient mondialement célèbre par le biais d’un rôle particulièrement marquant : celui de l’impassible mercenaire lanceur de couteaux du film de John Sturges, Les Sept mercenaires. Auparavant, il s’est distingué au cinéma par le biais de l’excellent La Chevauchée de la vengeance du spécialiste de la série B de qualité Bud Boetticher…
 


Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.

Armand,

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 02-04-2011 à 13:50:29

coucou j'arrive pour te souhaiter un très bon samedi chez nous il fait lourd je sens bien l'orage!!! de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 02-04-2011 à 20:32:22  (site)

bonsoir Jakin,
il y a un petit problème d"écoute sur la vidéo. Je reviendrai.
Très belle soirée et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 01-04-2011 01:00

CANNONBALL ADDERLEY

 

 

 

         A la mort de Charlie Parker, en 1955, bien des saxophonistes alto ont cru que leur heure de gloire était arrivée. Mais la relève n’a pas été facile. Toutefois, certains disciples de Bird sont devenus à leur tour des maîtres. Ils ont pour noms McLean, Stitt, Woods… Et un certain Cannonball Adderley, dont la musique résolument optimiste était pourtant à des années lumière de celle de Parker.

    Julian Adderley, plus connu sous le nom de Cannonball, est très certainement l’un des rares jazzmen qui expriment la joie de vivre.

    Le combo formé conjointement par Cannonball Adderley et son frère Nat au milieu des années cinquante est à l’origine de leur célébrité.
 


    Certes le jazz a été l’expression d’un certain mal de vivre. Comme le blues. Mais la musique de Louis Armstrong a aussi permis à bien des artistes noirs américains de faire montre de leur optimisme naturel. A l’image de Fats Waller ou des frères Adderley.

    Cannonball verra défiler dans sa formation des musiciens qui comptent parmi les meilleurs de leur époque. Hank Jones, Bill Evans et de nombreux autres participeront à la grande aventure du quintette des frères Adderley.
 


    Cannonball décède le 8 août 1975 à Gary (Indiana) d’une crise cardiaque.

 

♥     Just Friends (1959)

  

 
♥♥     Julie Ann (1959)
 
 
♥♥♥     There is na Greater Lover (1959)
 
 

 


Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Jazz », Editions Atlas, 1991.

Armand,

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 01-04-2011 à 15:19:46  (site)

coucou pour te souhaiter un très bon après-midi et un très bon week-end de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 01-04-2011 à 21:58:25  (site)

bonsoir Armand,
merci pour ce bon divertissement qui nous annonce le week end.
J'en ai fait une bien bonne pour le premier avril. J'ai bien ri et j'en ri encore.
Bonne fin de soirée et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 31-03-2011 09:10

MODIGLIANI, LE PRINCE DE MONTPARNASSE

 

 


         Début janvier 1920. Amadeo Modigliani s’est enfermé dans la chambre qui lui sert d’atelier à la Grande Chaumière, à Montparnasse, pour vivre ses derniers jours, seul avec sa compagne Jeanne. Il sait qu’il va mourir. Jeanne, enceinte, à présent désespérée, elle qui avait tant cru que son amour absolu pourrait sauver son bien aimé, ne songe pas, ne songe plus à l’aider : elle n’a pas cru le médecin, qui a diagnostiqué une simple néphrite. Dans le désordre et la saleté de l’atelier, les deux amants vivent leurs dernières heures d’amour fou, d’amour tragique.

    Après être resté deux jours sans nouvelles, des amis tambourinent à la porte sans obtenir aucune réponse. Ils finissent par l’enfoncer et découvrent un terrible spectacle. Dans l’atelier privé de chauffage, Amadeo et Jeanne sont allongés sur un pauvre matelas, le plancher et les draps sont recouverts des morceaux de métal luisant des boîtes de sardines éventrées qui ont été leur ultime nourriture, et de bouteilles vides, de morceaux de charbon que les occupants de la chambre n’ont plus la force d’apporter au poêle de la pièce glaciale.

    Dans un coin de l’atelier un dernier tableau, inachevé, est resté sur le chevalet. Tandis qu’on transporte le peintre devenu presque inconscient à l’hôpital de la Charité, sa compagne prostrée, fixe le plafond. Elle sait que la mort n’a pas quitté l’atelier : elle rôde encore, elle l’appelle, et à cet appel Jeanne répondra bientôt, rejoignant à jamais celui qu’elle a tant aimé…

    Il paie ses whiskies avec ses dessins – Dès trente ans, ravagé par l’alcool et la drogue –  Séduisant et ténébreux, il court les filles et s’enivre de haschisch et d’absinthe – Elégance et volupté, il peint le mystère des corps nus et des visages humains - Ses toiles sont saisies pour outrage à la pudeur…
 

 
NU COUCHÉ, LES BRAS OUVERTS

 

        En 1917, entre sa rupture avec Béatrice Hasting et sa rencontre avec Jeanne Hébuterne, Modigliani peint toute une série de nus splendides. Le modèle de celui-ci est sans doute la belle Gaby dont l’artiste fit la connaissance à la Closerie des Lilas et qu’il initia à la drogue. Le corps s’allonge avec un effet spectaculaire d’extrême amincissement qui rend encore plus séduisantes les rondeurs des cuisses et des seins. La silhouette est nettement cernée par une ligne d’une remarquable pureté, dans laquelle on devine le génie plastique de ce peintre qui fut aussi un sculpteur.

1917 (60 x 92 cm), collection particulière.

 

    Né le 12 juillet 1884 à Livourne, Italie, au sein d'une famille romaine d'origine juive séfarade, Amedeo est le quatrième enfant d'un homme d'affaires ruiné, Flaminio Modigliani et d'Eugénie Garsin. Son enfance est pauvre et marquée par la maladie. À 14 ans, il subit une attaque de typhoïde et deux ans plus tard une tuberculose. En 1898, son frère de 26 ans, Emmanuel, est condamné à six mois de prison pour anarchisme.

    Il meurt d'une méningite tuberculeuse le 24 janvier 1920 à Paris. Les funérailles sont suivies par les communautés d'artistes de Montmartre et Montparnasse. Jeanne Hébuterne, qui avait été conduite chez ses parents, se donne la mort en se jetant d'une fenêtre au cinquième étage, deux jours après le décès de Modigliani…


Sources Grands peintres, éditions F. Magazine sa et Wikipedia.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 31-03-2011 à 15:26:50

coucou avec la pluie pour te souhaiter un très bon après-midi de gros bizzzous

2. anaflore  le 31-03-2011 à 20:06:30  (site)

houlala triste cette histoire pas bon pour mon moral !!!bon wk

3. heremoana  le 31-03-2011 à 21:36:10  (site)

la passion n'est pas toujours bon maitre !!!
je passe te faire un coucou avant de partir une semaine en vacances dans le sud ouest
bisous et bonne semaine

4. lafianceedusoleil  le 31-03-2011 à 21:41:14  (site)

bonsoir Armand,
tu te trompes, la petite gazelle ne s'est pas faite dévorer par les léopards, ils sont devenus amis. Chose étonnante comme quoi, l'on ne peut jurer de rien.
Merci pour ton bel article sur Modigliani. Très belle soirée Armand et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 30-03-2011 05:55

LES CINQ POINTS PARFAIT DE LA MAITRISE

 

 

 LA RÉSURRECTION SYMBOLIQUE...

 

 

        Lors de l’élévation au grade de Maître Maçon, moment essentiel de l’initiation, un rite surprenant est pratiqué : la mise en œuvre des « Cinq points parfaits », liée à une résurrection symbolique qui s’inscrit dans une longue tradition que décrypte l’auteur.

    En s’éveillant à la réalité spirituelle de la Maîtrise, le récipiendaire revit la légende d’Hiram et en découvre la véritable signification. Du mythe osirien à la présence alchimique de « l’Homme debout », cet ouvrage approfondit la vaste symbolique des « points parfaits » à l’aide d’une abondante iconographie.

    De culture franco-britannique, Percy John Harvey est ingénieur dans le domaine aéronautique et spatial. Il a effectué des recherches informatiques appliquées à l’exploration fonctionnelle en hémodynamique. Franc-Maçon depuis trente ans, il s’intéresse à l’iconographie sacrée et à l’herméneutique…

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. kevina  le 30-03-2011 à 06:47:48  (site)

MERCI de ton message de bienvenue les franc maçons m'ont toujours attirés suremment par le coté mystérieux parait il pas mal d'hommes politiques le sont, bon mercredi à toi reviens quand tu veux mais mes sujets sont pas assez élévéz je pense pour t'interresser

2. lolo78000  le 30-03-2011 à 12:47:19  (site)

petite visite pour te souhaiter un très bon mercredi chez nous bien gris ce matin de gros bizzzous

3. lefildutemps  le 30-03-2011 à 15:51:44  (site)

merci de ton gentil passage pour m'encourager bonne journée

4. Floresca  le 30-03-2011 à 19:04:04  (site)

Bonjour et merci de ton message de bienvenue , l'esprit de tolérance fait partie je crois des valeurs affichées par la franc-maçonnerie, j'espère que tu le seras avec moi, car je ne connais pas grand chose aux mystères maçonniques !
Bonne soirée à+ peut-être ..

5. lafianceedusoleil  le 30-03-2011 à 21:00:47  (site)

bonsoir Jakin,
excellent article, merci.
Très bonne soirée.
Je t'embrasse
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 29-03-2011 08:24

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

 

 

 

100 FRANCS (PAUL CEZANNE)


     

    Type 1997. Billet mis en circulation le 15 décembre 1997 jusqu’à l’arrivé de l’Euro. Impression polychrome.

    Recto :     Le portrait de Paul Cézanne domine le recto du billet. En arrière-plan, on découvre l’évocation du tableau « La mer à l’Estaque », peint en 1878-1879, à une période où Cézanne se démarque des théories impressionnistes pour retrouver un dessin vigoureux et une composition classique. Au-dessus du filigrane est représentée une vue du « Jas de Bouffan », la résidence paternelle de Cézanne pour laquelle le peintre exécuta, entre 1864 et 1868, quelques toiles décoratives dont la « Madeleine pénitente » et le « Baigneur au rocher ». Plus à gauche, apparaît une interprétation simplifiée de la palette rectangulaire de Cézanne. Sous le filigrane, on distingue, faiblement visible à l’œil nu car imprimée en encre incolore brillante, la silhouette de la montagne Sainte-Victoire, l’un des motifs favoris du maître d’Aix et le principal sujet de nombre de ses toiles célèbres. Enfin, à droite de la montagne Sainte Victoire, apparaît une représentation stylisée des personnages de la célèbre toile « Les Joueurs de cartes » partiellement colorée en vert et orangé, un thème traditionnel dont le peintre réalisera cinq versions entre 1892 et 1896.

    Verso :     Une interprétation de la toile « Pommes et biscuits », peinte vers 1880, constitue le motif principal du verso. Cette œuvre, illustrative de la théorie picturale de Cézanne, exprime la vérité dépouillée de sa peinture qui ne représente plus seulement la réalité mais lui donne vie. En haut, à gauche du filigrane, une évocation du cercle chromatique rappelle les contrastes et les rapports de tons qui, pour Cézanne, constituent le secret du dessin et du modelé. On retrouve, en bas à droite du motif principal, la représentation stylisée de la toile « Les Joueurs de cartes » dont l’impression coïncide parfaitement avec celle du recto. En regardant par transparence « Les Joueurs de cartes », les motifs du recto et du verso se complètent et donnent un effet de transvision difficilement reproductible par les faussaires. Les mentions usuelles, signatures et sanctions encourues par les contrefacteurs, figurent en bas à droite du billet, tandis que le millésime (année de fabrication) est imprimé au-dessus du filigrane.

    Numérotation, date et signature en noire.

    Filigrane :  Situé à gauche au recto, il est constitué d’une empreinte très nette, formée dans la pâte à papier elle même. Il représente le portrait de Paul Cézanne que l’on découvre par transparence et ce qui paraît sombre quand on regarde le billet par transparence est au contraire clair quand ce dernier est posé sur une surface foncée.

    Le billet de 100 francs à l’effigie de Paul Cézanne (1839-1906) rend hommage au génie artistique de l’un des plus grands peintres français. Né à Aix-en-Provence, ce fils de banquier se destine très tôt à la peinture. Ami d’enfance de Zola, il rejoint ce dernier à Paris pour faire ses premières armes. Après avoir copié les Anciens et vénéré les Impressionnistes, sous l’influence de Pissarro notamment, Cézanne se libère de la perspective académique et sa palette s’enrichit de couleurs vives. Souvent décriée, son œuvre fait scandale. Après 1870, il se plaît à retrouver, de l’Estaque à Aix, les chemins de la Provence de son enfance. Cézanne retrouve les sujets qui l’ont toujours fasciné : les lumières du Midi, les arbres, les baigneuses, les pommes et surtout ces paysages de la Sainte-Victoire auxquels il consacrera tant d’œuvres fameuses. Cézanne est considéré comme le précurseur du cubisme et de l’abstraction. Il est aujourd’hui universellement connu comme l’un des grands maîtres de la peinture.
 


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 29-03-2011 à 09:56:31  (site)

c'est du billet de collector....bonne journée

2. lolo78000  le 29-03-2011 à 15:45:59  (site)

petit coucou pour te souhaiter un très bon après-midi chez nous soleil timide de gros bizzzous

3. heremoana  le 29-03-2011 à 21:44:06  (site)

tant pis pour les singes, c'est une visite agréable avec des enfants ... les vautours aussi d'ailleurs mais la région offre d'autres merveilles et j'imagine que tu nous offriras de belles photos plus tard
bisous et douce soirée

4. lafianceedusoleil  le 29-03-2011 à 21:47:26  (site)

Coucou Armand,
tu es de retour pour notre grand plaisir. Souhaite que ta petite escapade s'est bien déroulée.
Bonne fin de soirée
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......