http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 01-02-2011 06:41

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

 

 

 

50 FRANCS (RACINE)


  

    Type 1962. Billet mis en circulation du 7 juin 1962 au 3 juin 1976. D’après une œuvre de Mademoiselle Lambert. Impression polychrome.

    Recto : Buste de Racine, d’après une gravure de Daullé, le buste étant drapé dans un pourpoint rouge. Au centre une vue de l’abbaye de Port Royal des Champs, d’après une gravure ancienne. L’encadrement floral repose à gauche sur les armoiries concédées à Jean Racine par le Roi « d’azur au cygne d’argent ».

    Verso : Buste de Racine d’après un tableau de Delannoy devant une vue de La Ferté-Million, sa ville natale.

    Numérotation, date et signature en noire.

    Filigrane : Tête d’Andromaque.

    Nombre d’alphabets 298 (un alphabet = 2 500 000 billets, 25 lettres de 100 000 billets).

    Nota : Les alphabets 299 et 300 peuvent se rencontrer dans la lettre W (de remplacement).

 


 Armand,

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 01-02-2011 à 15:47:34  (site)

coucou viens te souhaiter un bon après-midi je viens de rentrer du travail et il tombe des petits flocons de neige de gros bizzzous

2. heremoana  le 01-02-2011 à 21:18:11  (site)

un petit coucou en passant ! j'espère que tu 'as pas trop froid ! bisous et bonne soirée

3. lafianceedusoleil  le 01-02-2011 à 23:32:39  (site)

bonsoir Jakin,
très jolis billets !
Très bonne fin de journée Armand
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 31-01-2011 07:06

S COMME SOMONE - LA PECHE AU SOL - SENEGAL

 

 

        Au plan économique et social, le secteur de la pêche joue un rôle important dans l’économie du Sénégal. Il contribue en effet pour environ 2% du PIB national. La valeur commerciale des produits a atteint 185 milliards de francs CFA en 2007. Il génère environ 600 000 emplois directs et induits, et 1 600 000 à 2 000 000 personnes sont dépendantes de la pêche maritime. La pêche continentale quant à elle occupe environ 30 à 50 000 personnes. L'aquaculture elle, intéresse 2000 personnes. 

 

    En effet, le Sénégal dispose d’un plateau continental de 196000 km2, d’un littoral de 718 km de côtes réputées parmi les plus poissonneuses du monde. Par ailleurs, le pays recèle un réseau hydrographique dense :

le fleuve Sénégal (1700 km), avec cinq principaux affluents
le fleuve Gambie long 1150 km dont 477 km en territoire sénégalais
le fleuve Casamance (350 km)
le fleuve Siné Saloum (130 Km)
 

    A ces cours d’eau s’ajoute plusieurs lacs naturels et artificiels, des marigots et des bassins de rétention.

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2004,   

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 31-01-2011 à 08:49:08  (site)

moi qui aime la pêche ......quelle adrénaline !!!!bon lundi bien froid ........

2. lolo78000  le 31-01-2011 à 15:56:16  (site)

petit coucou pour te souhaiter un très bon après-midi de gros bizzzous

3. lafianceedusoleil  le 31-01-2011 à 22:53:43  (site)

bonsoir Armand,
merci pour les belles photos que j'ai appréciées. C'est certain que la pêche joue un rôle important dans la vie des Sénégalais.
Bonne fin de journée.
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 30-01-2011 11:53

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

  

 

 


 

La Montagne...

 

 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. heremoana  le 30-01-2011 à 21:29:47  (site)

petit passage rapide pour un coucou avec un grand soleil aujourd'hui !
bisous et bon début de semaine

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 29-01-2011 09:09

LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND

 

 

 

 

    Alors que la guerre de Sécession décime les Etats Unis, trois bandits partent à la recherche d’un trésor enterré dans un cimetière. Dans cette chasse au magot, tous les coups sont permis.

    Avec le Bon, la bute et le truand, troisième volet de la « Trilogie du dollar », Sergio Leone entend démystifier la légende de l’Ouest américain. Il signe son western le plus baroque, le plus réaliste et le plus contestataire.

    Si Eli Wallach se révèle un acteur de génie, Lee Van Cleef confirme son talent. Eastwood, quand à lui, craint la concurrence…

    Western solide, le Bon, la brute et le truand recèle un fable politique aussi lucide que cruelle.

    Avec une poignée de films aussi virtuoses que novateurs, Sergio Leone aura révolutionné le western et bouleversé du cinéma.

    Né le 3 janvier 1929, à Rome, l’italien Sergio est le fils du réalisateur Vincenzo Leone. Marchant sur les traces de son père, le jeune Leone apprend son métier sur les plateaux, en tant qu’assistant réalisateur pour Vittorio De Sica (le Voleur de bicyclette), Alessandro Blasetti ou encore Carmine Gallone. Les producteurs américains le remarquent et l’engagent bientôt comme réalisateur de seconde équipe sur des films à grand spectacle tournés en Italie. Leone règle ainsi certaines scènes de foule de Quo Vadis (1951), et d’Hélène de Troie (1956). En 1959, il collabore aux scènes d’action de Ben Hur.

 

 

 Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.

 

 Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 29-01-2011 à 10:33:21  (site)

j'ai adoré ces westerns ça me semble si loin.....bon wk

2. lafianceedusoleil  le 29-01-2011 à 13:13:56  (site)

coucou Armand,
super film que tu nous présentes.
merci Jakin.
je te souhaite une agréable journée.
Que du bonheur !
Bisou

3. lolo78000  le 29-01-2011 à 16:01:24

coucou petit passage pour te souhaiter un bon après-midi de gros bizzzous

4. lolo78000  le 30-01-2011 à 11:12:30

coucou très bon dimanche et bon repos de gros bizzzous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 28-01-2011 06:07

DEXTER GORDON

 

 

 

         Inoubliable Dale Turner dans le film de Bertrand Tavernier, « Autour de minuit », Dexter Gordon était avant tout un monument de la musique négro américaine. Indiscutablement l’un des plus grands saxophonistes ténor. Ce disciple de Lester Young, qui avait flirté avec le mouvement bop de Charlie Parker, fit vibrer les salles de la planète jazz. De Los Angeles à New York, de Copenhague à Paris, grâce à une sonorité surpuissante !

    Après avoir fait ses premières armes dans le Big Band d’Hampton, Dexter exprime enfin son jazz lors de jam-sessions dans les clubs de la 52ième Rue.
 


    Au début de sa carrière Dexter Gordon sera très nettement influencé par le grand Lester Young. Mais son séjour européen constitue l’une des périodes les plus heureuses de sa vie. Lorsqu’il retournera aux Etats Unis, la scène musicale aura bien changé.

    En décembre 1944, Dexter Gordon entre dans l’orchestre de Billy Eckstine. Il prend la place laissée vacante par Lucky Thompson.

    Alors que Dexter connaît comme un second souffle, il s’installe à Manhattan. Mais cette période faste est de courte durée, de nouveaux ennuis l’attendent au tournant.
 


    Au soir du 25 avril 1990, Dexter Gordon s’éteint à Philadelphie des suites d’une insuffisance rénale.
 
♥     The Chase (1947)
 
 
♥♥     Iridescence (1947)
 
 
♥♥♥     Momatta (1981)
 
 

 

 

 Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Jazz », Editions Atlas, 1991.

 

Armand, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 28-01-2011 à 09:18:44  (site)

ma fille "aime" dexter mais je ne pense pas que ce soit le même ..bon wk

2. lolo78000  le 28-01-2011 à 16:01:54

petit coucou pour te souhaiter un très bon après-midi et un très bon week-end de gros bizzzous

3. lafianceedusoleil  le 28-01-2011 à 22:53:10  (site)

bonsoir Armand,
super article très agréable, merci pour ce régal.
Très douce nuit et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 27-01-2011 07:57

MIRO, LE VOYANT

 

 

 

 

         Barcelone, 1911. Voilà un an qu’un adolescent timide, qui ne rêve que d’être peintre, est forcé par son père à travailler dans une droguerie comme comptable. Un an de purgatoire, pendant lequel il a glané des chiffres à longueur de journée, samedi et dimanche compris.

    Ce jour là, courbé sur ses colonnes comme un esclave sous le knout, il est pris d’une violente fièvre ; son corps et on esprit se révoltent et Joan Miro tombe victime d’une grave typhoïde. A deux doigts de la mort, il sait que cette maladie est une réponse de tout son être à l’enfermement dans lequel on l’a cruellement maintenu, « pour son bien »…

    Finalement, son père acceptera que Joan, convalescent, abandonne les chiffres et le commerce pour reprendre toiles et pinceaux. Ainsi Joan Miro a dû frôler le néant pour convaincre ses proches qu’il ne pouvait vraiment être qu’un peintre. Peintre il le restera jusqu’à sa mort, après des décennies de création à la fois patiente et déchaînée. Miro en espagnol, signifie : « je regarde »…

    Il arrive à Paris avec un gâteau pour Picasso – Torturé par la faim, il peint des hallucinations – il peint sur des cailloux, des miroirs, des éponges… - superstitieux, il déteste les nombres pairs ! – il boxe avec Hemingway et fréquente les surréalistes – il invente un monde étrange et lumineux…
 

 

 

LA FERME

 

    La ferme est le chef-d’œuvre de la période dite « détailliste » de Miro. Peint entre la Catalogne et Paris, de 1920 à 1922, ce tableau est un véritable manifeste. Contre la tristesse et la laideur des villes, l’artiste célèbre l’authenticité de la vie rurale. Pour mieux rendre le plus petit détail, Miro n’a pas hésité à emporter à Paris un peu d’herbe de Mont-roig. Chaque objet fixé sur la toile devient ainsi un talisman. Curieusement, ce souci scrupuleux de précision ne donne en rien une œuvre « réaliste ». Le grillage du poulailler est en partie supprimé, « pour mieux montrer les animaux », déclare le peintre. L’échelle entre les divers éléments n’est pas toujours respectée : au centre de ce paysage, s’élève un agave dont le tronc porte une seule épine, énorme, image de toutes les autres. L’inventaire minutieux devient symbolique. Ce mélange surprenant explique peut-être que les marchands auxquels La Ferme fut montré ne l’achetèrent pas. Longtemps exposé dans un café de Montparnasse, la toile sera enfin acquise par l’écrivain américain Ernest Hemingway.
1921-1922 (132 x 147 cm), National Gallery of Art (don Mary Hemingway), Washington.

 

    Joan Miró, ou Joan Miró Ferrà est né le 20 avril 1893 dans un passage proche de la plaça Reial de Barcelone. Son père, Miquel Miró i Adzeries, fils d'un forgeron de Cornudella, est orfèvre et possède une bijouterie horlogerie. Il fait la rencontre de Dolorès Ferrà i Oromí, la fille d'un ébéniste de Majorque avec laquelle il se marie. Le couple s'établit dans la rue du crédit à Barcelone, où naissent par la suite leurs deux enfants, Joan et Dolorès. Joan commence à dessiner dès l'âge de huit ans.

    Il meurt le 25 décembre 1983 à Palma de Majorque.


    Sources Grands peintres, éditions F. Magazine sa et Wikipedia.

 Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 27-01-2011 à 14:45:34

coucou passe un très bon après-midi par chez nous ça caille de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 27-01-2011 à 23:01:11  (site)

Bonsoir mon petit Armand,
très bel article sur Miro, j'ai bien aimé.
Comme toi, je préfère les cigales aux fournis. Je te souhaite une bonne nuit.
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 26-01-2011 08:56

SARTRE, LA TRANSCENDANCE DE L'EGO

 

 

 

             « Pour la plupart des philosophes l’Ego est un « habitant » de la conscience. Certains affirment sa présence formelle au sein des « Erlebnisses », comme un principe vide d’unification. D’autres – psychologues pour la plupart – pensent découvrir sa présence matérielle, comme centre des désirs et des actes, dans chaque moment de notre vie psychique. Nous voudrions montrer ici que l’Ego n’est ni formellement ni matériellement dans la conscience : Il est dehors, dans le monde ; c’est un être du monde, comme l’Ego d’autrui »…

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 26-01-2011 à 10:25:32

coucou viens te souhaiter un très bon mercredi chez nous toujours un temps humide et froid de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 26-01-2011 à 21:58:50  (site)

bonsoir Jakin,
pas facile le livre que tu présentes, un peu difficile pour moi.
Nous avons eu la galette des rois, au boulot. Ce fut une petite détente imprévue.
Je te souhaite une belle fin de journée. Gros bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......