http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 11-04-2011 08:00

S COMME SOMONE - LE SÉCHAGE DES FILETS - SENEGAL

 

 

         ... " Il est environ 16 heures, les rayons de soleil sont moins agressifs et la réverbération sur le sable est plus supportable, alors la plage s’anime à nouveau. Les équipages convergent à un moment donné vers le parc à pirogues pour accomplir des tâches indispensables à la bonne organisation de la pêche. Des groupes d’enfants jouent sur le sable avec des coquillages, quant aux plus grands, ils aident les adultes dans leurs travaux. C’est probablement ici que débutent les apprentissages et les savoirs qui s’acquièrent par mimétisme.

 

    Les filets que l’on avait laissés égoutter sur les bordages des pirogues sont maintenant étalés sur le sable de toute leur longueur afin de permettre un séchage plus rapide des cordages et de repérer les mailles à réparer. La plage se transforme vite en un « patchwork » de couleurs vives qui attirent une multitude de petits oiseaux. Cette fonction, en générale, est exécutée par les adolescents membres de l’équipage. ils seront chargés aussi de la réparation des mailles endommagées..." 

 

(Extrait, Mémoire de DEA d'Anthropologie, soutenu en 2004 sous la direction du Professeur Bruno Martinelli)

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2004,  

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 11-04-2011 à 15:55:43

petit coucou pour te souhaiter un très bon après-midi et un bon début de semaine de gros bizzzous

2. heremoana  le 11-04-2011 à 21:00:08  (site)

bravo pour ta photo du jour et merci de ta visite !! j'ai abandonné ces petites bêtes au bon soin d'un poison efficace en espérant qu'elles auront déménagé à mon retour prochain !!
bisous et bonne soirée

3. lafianceedusoleil  le 11-04-2011 à 22:30:27  (site)

bonsoir Armand,
elles sont magnifiques ces photos de filets, merci pour ce belle exposition.
J'apprécie tes commentaires chez moi, souvent, ils me font sourire !
bonne fin de soirée.
Bisou

4. lafianceedusoleil  le 11-04-2011 à 22:33:03  (site)

re moi,
toutes mes félicitations pour la photo du jour, j'allais oublier.
Kiss

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 10-04-2011 08:32

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

   

 


 

 Ville natale de Henry de Toulouse-Lautrec

 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 10-04-2011 à 11:14:30  (site)

Kikou Armand,
doux repos
bisou

2. heremoana  le 10-04-2011 à 21:13:28  (site)

me voici revenue de vacances !!! temps splendide et estival !!!!! demain boulot ............. bisous et bonne semaine

3. Ilovemewmewpower  le 11-04-2011 à 07:57:57  (site)

Ah ben toi !
T'as décidé de tout faire pour te rendre le plus populaire possible...
Félicitations pour la photo du jour et bon début de semaine =)

4. anaflore  le 11-04-2011 à 09:28:02  (site)

bravo pour la photo bonne semaine

5. fontenouilles  le 11-04-2011 à 11:05:04  (site)

Désolée c'est lundi, alors debout ! Avec les honneurs de la photo du jour c'est un bon début de semaine... Bon courage

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 09-04-2011 07:24

LES CORDES DE LA POTENCE

 


        Dans un Far West livré aux hors-la-loi et aux criminels, un homme fait régner la justice. Son nom : Cahill, marshal des Etats Unis. Et, lorsque ses fils sont en danger, il fait parler la poudre.

    Les Cordes de la potence est mis en chantier en juillet 1972. Produit par la société Batjac, la propre production de John Wayne, le film est écrit par Harry Julian Fink et sa femme Rita. Le couple de scénaristes est alors très en vogue puisqu’il vient d’écrire l’un des grands succès du moment : L’Inspecteur Harry.

    Des acteurs rompus au western, un solide réalisateur… John Wayne sait s’entourer des meilleurs et réserver quelques surprises.

    Les Cordes de la potence ravit les inconditionnels du genre, inconsolables après la mort de John Ford.

    Inconnu du grand public, Neville Brand a pourtant côtoyé le gratin hollywoodien grâce à une soixantaine de films.

    Né en 1920, Neville Brand s’engage dans l’armée en 1939 et y commence une brillante carrière. Ainsi, il apparaît dans des films de propagande, vantant l’entraînement des G.I. Ces expériences bouleversent son avenir, puisqu’il décide de devenir comédien. A la fin de la guerre, il est le quatrième soldat américain le plus décoré pour ses faits d’armes, le premier étant Audie Murphy qui, lui aussi, se prépare à réussir à Hollywood. Brand se contente, pendant quatre ans, de petits rôles au théâtre et de courtes apparitions dans des films sans importance. En 1950, il est enfin remarqué dans D.O.A., un polar signé Rudolph Maté, et va enchaîner, dans la même veine, des interprétations de personnages antipathiques comme dans Mark Dixon, détective et Le Fauve en liberté, où il rencontre James Cagney, qui est pour lui l’exemple à suivre…
 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.
 

Armand,
 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 09-04-2011 à 11:28:13  (site)

coucou Armand,
John Wayne, quel talentueux acteur !
merci pour cette belle présentation.
Ici, encore beau soleil, le top !
Très belle journée et super we.
Bisou

2. lolo78000  le 09-04-2011 à 14:22:07  (site)

petit coucou pour te souhaiter un bon samedi chez nous superbe soleil de gros bizzzous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 08-04-2011 03:52

BILL EVANS

 

 


        Musicien de formation classique, Bill Evans est l’homme par lequel la musique de Louis Armstrong et de Charlie Parker est entrée dans l’ère romantique. Héraut du jazz modal et créateur exceptionnel de climats, ce grand improvisateur s’est surtout exprimé en trio. Une seule exception : le sextette de Miles Davis dont il fut la cheville ouvrière. Bill Evans a bel et bien été le pianiste le plus important des années soixante et soixante-dix.

    Orrin Keepnews, producteur de Riverside, aura toutes les peines du monde à convaincre Bill Evans d’enregistrer un album en tant que leader. En 1956, en effet, le pianiste ne se sentait pas encore assez mûr. Pourtant, New Jazz Conceptions sera une très grande réussite.

    Bill Evans est ce que l’on peut appeler un précurseur dans le domaine musical. Après Bud Powell, il apporte une nouvelle conception du piano jazz.

    Si, pour les « spontanéistes », le feeling est incompatible avec la musique classique, pour d’autres elle ne peut que participer à l’enrichissement du jazz. Ce qui est certain, c’est que des pianistes tels que Evans, Lewis ou Hancock ont prouvé que swing et musique de tradition européenne pouvaient très bien s’accorder.
 


    Après avoir quitté l’orchestre de Miles Davis, Bill Evans réussit à imposer ses propres conceptions esthétiques.

    A la mort de Scott Lafaro, avec lequel il a enregistré « Portrait in Jazz », « Explorations », les inoubliables « Waltz for Debby », et « Sunday at the Village Vanguard », Bill Evans se repliera sur lui-même et refusera de faire des concerts. C’est à cette époque qu’il commence à jouer sans accompagnement rythmique.

    Dès le début des années soixante, Bill Evans apparaît déjà, selon l’expression heureuse de Larry Bunker, comme « un musicien universel susceptible d’être apprécié à n’importe quelle époque dans n’importe quel pays ». Ce qui hisse le pianiste parmi les plus grands génies du jazz.

    C’est avec l’apparition sur la scène de la musique américaine du pianiste Bill Evans que les critiques ont commencé à parler de romantisme dans le jazz. Le terme n’allait pas tarder à faire école. Parmi ces étonnants « Chopin » des temps modernes figurent Keith Jarrett et Chick Corea.

    Après la séparation d’avec sa seconde femme, Bill Evans semble s’être adonné de nouveau à la drogue.
 


    Bill s’éteint le 15 septembre 1980 à l’hôpital de New York, des suites d’une hémorragie…
 
♥     Time Remembered (1974)
 
 
♥♥     Re-Person I Knew (1974)
 
 
♥♥♥     Very Early (1974)
 
 
 ♣    12 Tone Tune (1974)
 
 
♣♣     Sugar Plum (1974)
 
 
♣♣♣     Quiet Again (1974)
 
 
 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Jazz », Editions Atlas, 1991.


Armand,
 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 08-04-2011 à 15:19:16

coucou viens te souhaiter un très bon après-midi et un bon week-end ensoleillé de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 08-04-2011 à 22:38:12  (site)

Bonsoir Armand,
je viens de passer un bon moment de détente. Ce sont de beaux morceaux de jazz. Merci Armand. Souhaite que ta journée fut sympathique.
Douce nuit et gros bisou
CrIcri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 07-04-2011 08:03

KLEE, LE MUSICIEN

 

 

 

        Berne fin 1937. Paul Klee, prématurément vieilli, le visage ravagé, le bras accroché à celui de sa femme comme à une bouée de sauvetage, a voulu à tout prix se déplacer jusqu’à la Kunsthalle, où est organisée une rétrospective de son ami, confident et complice de tant d’années, le peintre Kandinsky. Ils ne se sont pas vus depuis longtemps, mais sur ces retrouvailles, qui devraient être joyeuses, pèse une affreuse angoisse. Si Kandinsky et sa femme Nina savaient Paul Klee malade, ils ne se doutaient pas des changements terribles que la sclérodermie avait fait subir à son corps. Quand ils l’embrassent, des larmes viennent aux yeux de Nina, tandis que son mari est saisi d’un léger tremblement : Paul Klee n’est plus que l’ombre de lui-même.

    Klee parcourt les salles à pas lents et remonte le temps jusqu’à sa propre jeunesse, quand le groupe du Blaue Reiter, au début des années 1910, caracolait joyeusement au bord du gouffre. Il retrouve aussi les toiles peintes aux temps heureux du Bauhaus, avant qu’Hitler ne règne en maître sur l’Allemagne.

    L’émotion lui fait oublier la douleur et il retrouve assez de forces pour faire le tour complet de l’exposition. Quand, quelques jours plus tard, les Kandinsky repartiront, Nina dira à Klee l’espoir qu’elle a de le revoir bientôt à Paris ; il répondra simplement : « Ce ne sera sans doute plus possible… » Après trois années d’atroces souffrances, la maladie emportera ce peintre admirable, dont l’humour et le génie auront combattu jusqu’au bout…

    A 19 ans, il est violoniste dans un orchestre – Il va voir les plus grandes séductrices du temps – Ses deux meilleurs amis meurent à la guerre – Chassé par les nazis, il doit quitter l’Allemagne – Pour épouser la femme de sa vie, il attend 7 ans – Une lumineuse fantaisie, il crée un univers magique aux couleurs chatoyantes…
 

 
BALDGREIS (SENECIO)

 

    Klee appelait ses portraits, des « physionomies). Il signifiait ainsi qu’il ne cherchait pas la ressemblance, mais qu’il voulait dévoiler la vérité intime de son modèle. Cette sphère est un visage, ces billes rouges sont un regard, et ces deux petits carrés de guingois marquent la place d’un nez. Baldgreis (senecio) est le portrait rêvé d’un enfant. On décèle dans cette géométrisation de la figure humaine l’influence des masques africains découverts par les Cubistes. Mais au-delà de ces allusions, ont peut lire dans cette œuvre lumineuse la transcription du monde de l’enfance, avec ses attributs, cubes, billes et ballon, et sa poésie colorée. « Au demeurant, déclare le peintre, je n’entends pas montrer l’homme tel qu’il est, mais tel qu’il pourrait être. » La vision intérieure est plus précieuse que la réalité. L’asymétrie du regard écarlate de Senecio est autant un défi à la tradition qu’une plongée au-delà des apparences.

1922 (40,5 x 38 cm), Kunstmuseum, Bâle.

 

        Ce peintre allemand naturalisé suisse est né le 18 décembre 1879 à Münchenbuchsee, près de Berne. ll grandit dans une famille de musiciens : sa mère, Ida Klee-Frick, est chanteuse professionnelle, et son père Hans Klee est professeur de musique dans la capitale helvétique. C'est d'eux que Klee hérite son amour pour la musique. Lui-même excelle très tôt dans l'apprentissage du violon. À l'automne 1898, ayant terminé ses "examens de maturité" (baccalauréat) pour devenir avocat, il commence ses études de peinture à Munich, d'abord dans l'atelier particulier de Knirr, puis à l'Académie, sous la direction de Franz von Stuck.

    Il meurt le 29 juin 1940 dans un hôpital de Muralto dans le canton du Tessin.


Sources Grands peintres, éditions F. Magazine sa et Wikipedia.

Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. anaflore  le 07-04-2011 à 08:25:50  (site)

maladie terrible une de mes amies vit ce calvaire au quotidien car son mari contrairement à se je croyais est parfois inguérissable...il y a encore des recherches à faire...

2. lolo78000  le 07-04-2011 à 14:31:42

coucou j'arrive pour te souhaiter un très bon après-midi chez nous 25° un vrai temps estival!! de gros bizzzous

3. lafianceedusoleil  le 07-04-2011 à 22:14:30  (site)

bonsoir Jakin,
ton article est rempli d'émotions pour ce peintre. Cela fait peine. Je ne connais pas cette maladie.
Merci pour ton intéressant article.
Toujours beau soleil sur la capitale.
Bonne nuit Jakin et fais de beaux rêves. Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 06-04-2011 04:55

AU CŒUR DE L'OUEST

 

 

 

        A la fin du 19ième siècle, Clémentine Kennicut, qui appartient à la bonne société de Boston, rêve de l’Ouest pour échapper à la férule de son père pasteur, un homme rigide et fermé. Séduite par les allures de cow-boy de Gus McQueen, éleveur de bétail, elle l’épouse et le suit dans le Montana.

    Cette jeune femme raffinée va découvrir un monde sauvage, une nature hostile balayée par le blizzard, les loups et les serpents – un monde d’hommes rudes où elle n’a guère sa place. Elle va pourtant faire front pour imposer et dominer de multiples épreuves, d’autant qu’elle éprouve une véritable passion, partagée, pour le propre frère de Gus, Zach, un rebelle qui n’a pas froid aux yeux…

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 06-04-2011 à 11:59:41  (site)

petit coucou pour te souhaiter un très bon mercredi j'espère aussi ensoleillé que chez nous de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 06-04-2011 à 21:54:44  (site)

bonsoir Armand,
passionnant récit, ça donne envie de lire ce livre. Merci Jakin.
Nous avons été gâtés par le soleil, demain ce sera idem.
Bonne fin de journée et gros bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 05-04-2011 08:50

LE VOYAGE PAR LA MONNAIE - FRANC

 

 

 

 

 

500 FRANCS (PASCAL)


    

    Type 1968. Billet mis en circulation le 4 janvier 1968 jusqu’en 1994. Impression polychrome. Le billet a été illustré par Lucien Fontanarosa (1912-1975) et la gravure réalisée par Claude Durrens.

    Recto : Au centre du billet le mathématicien français Blaise Pascal (1623-1662) à gauche, accoudé sur sa main; au second plan à gauche le clocher de l'église St-Jacques à Paris.
       
    Verso : Portrait à l’identique de Pascal encadré par le Colombier de l’abbaye de Port Royal et la chapelle de cette abbaye.

    Numérotation, date et signature en noire.

    Filigrane : Masque mortuaire de Pascal.
 

 


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 05-04-2011 à 21:28:04  (site)

bonsoir Armand,
c'est vieux tout cela !
souhaite que tu te portes comme un charme. Bonne fin de journée.
Je t'embrasse
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......