http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 19-04-2012 07:54

QU'EST-CE QU'UNE SPIRITUALITÉ SANS RELIGION ?

 

 

 

 

          Une spiritualité sans religion est une question qui revient parfois dans les discussions entre maçons, et qui peut facilement nous fâcher. Parce que certaines obédiences imposent une foi religieuse sans faille et que d'autres au contraire prônent une liberté de conscience incompatible avec toute doctrine religieuse. Cette différence se retrouve sur l'autel de la loge, parfois décoré de la Bible, généralement ouverte à l'évangile de Saint-Jean, et parfois décoré d'un simple livre vierge, aux pages blanches, que chaque maçon de la loge peut remplir de sa propre forme de spiritualité.


     On a tendance à croire que La spiritualité désigne un ensemble de pratiques, issues de diverses religions et traditions, dont le but est de nous amener progressivement à la connaissance directe de notre esprit.


     C'est vrai qu'en Occident cette expression semble paradoxale. On a été habitué, pendant vingt siècles d'Occident chrétien, à ce que la seule spiritualité socialement disponible soit une religion, au sens occidental du terme, c'est-à-dire une croyance, un Dieu, un théisme. On a donc fini par croire que les mots “religion” et “spiritualité” étaient synonymes.


     Il suffit pour s’en rendre compte de relire les philosophes du Moyen âge tels que Spinoza ou ses disciples Rhénan Eckhart, Suso et Tauler, Et plus récemment André Comte-Sponnville qui ont ouvert les portes de la modernité en parlant de la spiritualité adogmatique que l’on pourrait nommer aujourd’hui Laïque.

 

     Depuis trop longtemps, la spiritualité est restée prisonnière de la religion. On a assimilé à tort spiritualité et religion, alors que même si cette dernière en intègre certains aspects, elle s'en éloigne sur bien d'autres.


     Il n'en est rien.


     Tout d'abord il me parait intéressant de définir le mot « spiritualité », qu'est-ce que la spiritualité ?


     Pour ma part, la spiritualité est premièrement une attitude, un état d'esprit, une ouverture permanente sur les autres et le monde. Un état d'être qui se ne repose pas sur des idées préconçues, des dogmes sclérosants mais qui tends toujours vers la découverte de l'inconnu, découverte de soi, des autres et de l'univers. Ceci est une définition et non LA définition, à chacun ensuite de créer en fonction de ses aspirations et son vécu ce qui lui correspond le mieux.


     La spiritualité est un état d'être qui ne peut être enfermé, endoctriné ou cloîtré dans un temple. La spiritualité est comme la vérité, elle est insaisissable pour l'ego humain.


     Tout est spiritualité dans le monde, de l'artiste qui transcende son art pour en atteindre la quintessence, à l'ouvrier qui s'accomplit dans son travail, en passant par la mère qui donne le sein à son enfant ou le baiser furtif de l'adolescent à sa première compagne. La spiritualité, c'est la vie, c'est cette partie de nos vies qui nous porte, que nous vivons pleinement dans l'ici et maintenant en un éternel présent. Ces moments où on se sent complet, où nous n'avons besoin de rien d'autre, que d'être là et de vivre dans l'amour de tout et de tous.


     La spiritualité c'est aussi la profonde connaissance de soi, celle du mystique et du philosophe, mais aussi celle du scientifique ou plus simplement de vous et moi qui tentons de donner un sens à nos vies. La connaissance de soi est une des quêtes, si ce n'est la quête la plus passionnante que l'on puisse entreprendre, car elle nous plonge en nous même, en un lieu que l'on ignore et où germe des traumatismes mais aussi tant d'espoir. La spiritualité c'est la connaissance de soi par la recherche personnelle de chaque instant, une attention permanente à soi, ses pensées, ses actes et surtout leur compréhension qui déclenchera en nous l'évolution vers la sagesse, la sérénité et l'amour inconditionnel.


     C’est en ceci qu’elle n’a pas besoin d’Église. En effet, la spiritualité préfère la connaissance intuitive à la connaissance discursive ou intellectuelle. Autrement dit, les enseignements spirituels ne doivent pas être compris par le mental, mais par le cœur.


     C'est pourquoi une spiritualité authentique est avant tout vécue. Ce privilège m’est accordé par l'expérimentation directe dans la Loge.


Jakin, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. oceandetendrese  le 19-04-2012 à 09:36:31  (site)

coucou, un petit bonjour en ce vendredi pour te souhaiter une belle journée bisous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 18-04-2012 08:54

A COMME ANTSIRABE - MADAGASCAR

 

 

          C’est seulement en 1777 que le premier européen visita la région d’Antsirabe, celle-ci se nommait d’ailleurs l’Andrantsay est était déjà une région productrice de fruits et légumes, mais surtout de riz.

 

     Ce mot signifie “où le sel abonde“, Depuis des temps lointains on venait à Antsirabe pour utiliser son sel. Celui-ci rendait la terre blanche tellement il y en avait. Les malgaches faisaient sécher de l’herbe (bozaka ou vondrona), la brulait pour en récolter les cendres à forte teneur en sel de soude ou de potasse. Celui-ci servait pour le bétail et pour la population et avait grande réputation sur les marchés...

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2006, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 18-04-2012 à 13:22:52

petit coucou pour te souhaiter un très bon mercredi chez nous c'est la tempête avec de la pluie de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 18-04-2012 à 21:46:42  (site)

bonsoir Armand,
ils sont immensément grands ces cactus. Des géants !
merci pour ce bon documentaire.
Douce soirée.
Je t'embrasse

3. seringa  le 19-04-2012 à 09:47:40  (site)

Tes photos réveillent de bons souvenirs .
Antsirabe sous les pluies en Janvier,les pousse-pousse comme seuls moyens de déplacement....Oui, c'était ...au siècle dernier, bien sûr!!!!Merci pour ces reportages.A bientôt. Seringa.

édité le 19-04-2012 à 09:47:48

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 17-04-2012 08:33

A COMME AMBATOLAMPY - MADAGASCAR

 

 

          La ville d'Ambatolampy se trouve le long de la Route nationale 7, à environ 70 km au sud d'Antananarivo, capitale de Madagascar. Ambatolampy est un lieu de passage incontournable pour les touristes et tous les autres voyageurs qui partent en direction du Sud de Madagascar. Ambatolampy est une ville typique du pays Merina, sur les Hautes Terres centrales malgaches. Plusieurs lieux touristiques et historiques sont à visiter. Ambatolampy est notamment connue pour la fabrication artisanale d'outils, d'ustensiles et d'objets d'art en aluminium. 

 

      La principale particularité de la ville d'Ambatolampy est la tradition locale de fonderie d'aluminium. Près d'une centaine de petites et très petites entreprises, parfois familiales, y fabriquent divers objets : des marmites et autres ustensiles de cuisine aux objets d'art. Vous pouvez visiter ces fonderies et leurs ateliers à Ambatolampy et y acheter des bibelots et des objets décoratifs en aluminium...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2006, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 17-04-2012 à 14:09:25  (site)

coucou avec la pluie pour te souhaiter un très bon mardi de gros bizzzzous

2. lafianceedusoleil  le 17-04-2012 à 22:09:53  (site)

Bonsoir Armand,
tes photos sont très belles et dépaysantes.
Ça permet de découvrir un peu cette ile.
Je te remercie.
Je te souhaite une douce nuit.
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 16-04-2012 07:46

T COMME TANANARIVE - MADAGASCAR

 

 

          Antananarivo ou la ville des milles est située dans la partie centrale du pays. Elle est la capitale de Madagascar dont les habitants sont appelés les Malgaches.

 

     Tananarive possède quelques lacs comme le lac Masay, Mandroseza et le lac Anosy. Ce dernier lac abrite une grande statue nommée « anjely mainty » entourée de jacaranda qui offre un paysage magnifique digne d’une carte postale.

 

     La musique et les chants en sont fortement influencés et pratiqués à de nombreuses occasions (fêtes, funérailles, etc.). La culture orale reste une dominante dans la vie quotidienne des malgaches, comme le hira gasy...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2006, 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 16-04-2012 à 14:21:37

coucou j'arrive pour te souhaiter un très bon après-midi et un très bon début de semaine de gros bizzzous

2. omillou  le 16-04-2012 à 18:09:58

Merci pour l e souhaite bienvenue..
Je viens visiter tes trésors.
et te féliciter

3. lafianceedusoleil  le 16-04-2012 à 22:19:42  (site)

Bonsoir Armand,
aujourd'hui, tu nous enmènes à Madagascar.
Très beau pays mais pauvre. Je ne connais pas.
Je te souhaite une belle nuit.
Je t'embrasse

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 15-04-2012 08:30

LE MOT DU WEBMASTER

 

AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE WEBMASTER SE REPOSE

 

 


 

Neige et soleil.

 

 

A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. heremoana  le 15-04-2012 à 11:41:42  (site)

c'est presque un temps de saison .... sans la neige !!!
bisous et bon dimanche

2. lafianceedusoleil  le 15-04-2012 à 22:35:48  (site)

bonsoir Armand,
j'espère que tu as passé une belle journée de repos.
Douce nuit et bonne semaine.
Je t'embrasse

3. oceandetendrese  le 16-04-2012 à 11:25:06  (site)

Kikou, je passe déposer chez toi un panier de bisous pour te souhaiter une excellente journée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 14-04-2012 01:25

COW-BOY

 

 

 

          Frank Harris ne rêve que d’une chose : vivre la rude vie des cow-boys. Il intrigue pour devenir partenaire de Reese, un négociant en bétail, qui vient de se ruiner au poker. La piste l’attend !

 

     Avec « Cow-boy », Delmer Daves s’attache à composer une fresque réaliste et démystificatrice où la dure réalité du quotidien des garçons vachers met quelque peu à mal la légende.

 

     Epaulant étroitement Delmer Daves, une équipe de techniciens et de comédiens aguerris se surpasse une nouvelle fois pour la bonne cause.

 

     Réaliste et admirablement interprété, « Cow-boy » surprend agréablement la critique française.

 

     Nanti d’une filmographie faisant la part belle à l’action, Glenn Ford s’est imposé, film après film, comme l’archétype du mâle américain.

 

     De son véritable nom Gwylyn Samuel Newton Ford, il voit le jour à Sainte Christine au Québec, le 1er mai 1916. Sa famille émigre en Californie, à Santa Monica, alors qu’il est âgé de 8 ans. Il commence à jouer la comédie sur la scène du collège puis intègre une compagnie itinérante qui se produit sur la côte ouest. En 1939, il est découvert par Tom Moore, un « talent scout » hollywoodien prospectant pour le compte de la 20th Century Fox. Il tourne son premier film l’année suivante : « Heavenn With a Barded Wire Fence ». Puis décroche un contrat de quatorze années à la Columbia Pictures. Il tourne « Texas » (1941) de George Marshall puis « The Desperadoes » (1943) de Charles Vidor. Son ascension vers le vedettariat se voit momentanément interrompue par le service militaire. Durant la Seconde Guerre mondiale, il sert dans les marines et se bat sur le front français. Démobilisé, il reprend sa carrière de comédien et figure auprès de Bette Davis dans « La Voleuse » de Curtis Bemhard…

 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Westerns de légende », Editions Atlas, 2004.


Armand,

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 14-04-2012 à 13:25:37

coucou ensoleillé pour te souhaiter un très bon samedi de gros bizzzous

2. lafianceedusoleil  le 14-04-2012 à 21:41:34  (site)

bonsoir Armand,
très bon western avec de bons acteurs.
Je te souhaite une bonne soirée.
Bisou

3. oceandetendrese  le 15-04-2012 à 10:11:43  (site)

Kikou, petit bonheur avec beaucoup de soleil dans le coeur et la tête . Que cette journée te soit douce et sereine
bisous

4. oceandetendrese  le 17-04-2012 à 10:07:47  (site)

un petit coucou hélas pluvieux chez moi ; bonne journée bisous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 13-04-2012 08:37

JOHN LEE HOOKER

 

 

 

          Du Mississipi à la Californie, en passant par Detroit puis l’Europe, John Lee Hooker s’est révélé le plus remarquable ambassadeur du blues. Le vrai. Envoûtant et terriblement rythmique. Bref un blues qui est resté très proche de ses origines africaines. Aussi créateur du boogie qu’il joue de façon merveilleuse sur sa guitare, acoustique ou sursaturée, il est un monstre sacré de la musique noire américaine.

 

     Selon la légende, c’est T. Bone Walker, l’un des plus grands maîtres du blues moderne, qui aurait donné à John Lee Hooker sa première guitare. Ce qui est certain, c’est que les deux musiciens devaient participer à la première tournée de l’American Folk Blues Festival en 1962.

 

     Né au cœur du Delta du Mississipi, le berceau du blues, John Lee Hooker décidera de faire le grand saut au début des années quarante. C’est-à-dire de se rendre dans le Nord !

 

 

 

     La cité du Michigan a longtemps été considérée comme un satellite de Chicago. C’était oublier le Black Bottom, le poumon artistique de Detroit. Où, grâce à John Lee Hooker, Eddie Kirkland ou Eddie Burns, s’est créé un blues authentique, justement appelé le Detroit Blues. Bien des années avant la Tamla-Motown.

 

     Si pour certain John Lee Hooker n’a jamais été meilleur que lorsqu’il jouait le blues en solitaire, il n’en a pas moins su, en de nombreuses circonstances, s’entourer d’excellents musiciens. A commencer par le guitariste Jimmy Dawkins et le bassiste Joe Harper.

 

     Pour conquérir le public blanc, John Lee Hooker décidera de revenir au country blues à la fin des années cinquante. Avant de s’attaquer à un autre gros morceau : l’Europe !

 

 

 

     Il tombe malade en 2001, juste avant une tournée en Europe et meurt peu après à San Francisco le 21 juin 2001, à l'âge probable de 83 ans.

 

♥      Dimples (1951)

 

 

 ♥♥     San Francisco Blues (1951)

 

 

 ♥♥♥     Baby, Please Don't Go (1951)

 

 

 ♣     Sugar Mama ( 1952)

 

 
♣♣      Warried Life Blues (1952)
 
 
 ♣♣♣     Apologize (1952)
 
 
 

 

Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Blues», Editions Atlas, 1992.


Armand,
 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lolo78000  le 13-04-2012 à 15:05:58  (site)

coucou j'arrive pour te souhaiter un agréable après-midi de gros bizzzous

2. oceandetendrese  le 13-04-2012 à 16:32:12  (site)

bonjour, merci pour ton gentil passage ; bonne fin de journée à toi

3. lafianceedusoleil  le 13-04-2012 à 22:38:05  (site)

bonsoir Armand,
un seul mot "excellent".
J'ai passé un bon moment.
Merci à toi.
Douce nuit et grosse bise

4. monnaiesanciennes  le 16-04-2012 à 18:23:22  (site)

Genial ton blog, bonne soirée
amicalement
gege66

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......