http://jakin.vefblog.net/

  VEF Blog

Les Black's Foot

le 15-09-2014 07:40

F COMME FIGANIERES - VAR - FRANCE

 

 

 
          Le "castrum de Figa Nigra" est attesté au 11ième siècle (Cartulaire de St Victor). Il y avait donc, dès cette époque, une agglomération et une maison forte, ou « château » seigneurial, avec son territoire...

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2009, 

 

Tags: #photos
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. titeflamme  le 15-09-2014 à 09:36:20  (site)

Bonjour,
Merci de ta gentille visite ....
A admirer ton billet, tu me donnes envie de repartir en voyage....
Belle journée à toi.
co

2. gegedu28  le 15-09-2014 à 11:19:16  (site)

Salut Jakin,
Que de belles pierres encore !
L'enfilade de maisons aux volets bleu-marine et vert-olivier est magnifique.
J'adore ce genre de maisons, bâties avec de vraies pierres, mais c'est qu'aujourd'hui leur prix a bien grimpé, mais çà reste un de mes rêves, alors qui sait ?
Sur ce, je te souhaite un bon début de semaine.
A bientôt.
Gégédu28

3. lafianceedusoleil  le 15-09-2014 à 23:11:04  (site)

bonsoir Armand,
un joli petit village provençal.
Nous avons un temps superbe sur la capitale. Demain, nous attendons 27°.
Je te souhaite une bonne fin de soirée et un bon mardi.
Je t'embrasse
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 14-09-2014 02:10

LE MOT DU GLOBE TROTTEUR

 
AUJOURD'HUI C'EST DIMANCHE

LE GLOBE-TROTTEUR SE REPOSE

 

 


Singel, Amterdam, Holland.

 

 

 A LUNDI POUR DE NOUVELLES AVENTURES

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 14-09-2014 à 23:18:57  (site)

coucou Armand,
Amsterdam, je ne connais pas.
C'est très joli d'après les dires.
Bonne semaine Armand.
Bisou
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 13-09-2014 07:41

OKINAWA

 

 



           1945. Un débarquement américain sur une île tenue par les Japonais tourne mal. Une compagnie de marines est alors chargée de débusquer l'ennemi afin d'en soutirer des informations.

     A bord d'un navire de guerre, les hommes d'un bataillon de marines américains s'apprêtent à débarquer sur une île du Pacifique tenue par l'armée nippone. Les préparatifs du dangereux départ suivent leur cours, mais le combat va s'avérer plus meurtrier que prévu.

     Tandis que le maccarthysme sévit à Hollywood, le tournage d'Okinawa se déroule dans une base de l'armée et doit subir les terribles contraintes du Technicolor. Malgré ces nombreuses complications, le réalisateur Lewis Milestone parviendra à mener son film à bon port.

     Les critiques français et américains soulignent de concert la performance technique du film et son intensité dramatique. En revanche, les avis divergent sur la portée politique de son propos.

     Quand Lewis Milestone lance Okinawa, il est auréolé d'une belle réputation grâce à plusieurs films de guerre à succès. Pour la première fois, il s'allie les talents de Michael Blankfort au scénario, et, comme pour la majorité de ses films, il choisit des acteurs débutants, ou presque.

     Né de parents russes, Lewis Milestone émigre aux Etats Unis alors qu'il n'a que 18 ans. Sa filmographie est marquée par la période que traverse alors le pays : une suite de conflits meurtriers. Mais Milestone s'est aussi illustré dans des genres moins engagés.

     Lewis Milestone est né le 30 septembre 1895 en Moldavie sous le nom de Lev Milstein. Il suit une formation d'ingénieur en Allemagne et se rend ensuite aux Etats Unis. Il multiplie les petits boulots (balayeur d'usine, vendeur, assistant photographe...) et s'engage en 1917 dans l'armée américaine. Il y participe à la réalisation de films militaires. A la fin de la Première Guerre mondiale, il devient monteur mais aussi scénariste et assistant réalisateur, notamment d'Henry King sur Dice of Destiny en 1920. Il réalise également trois films au cours des années 1925 et 1926. Il se forge ainsi peu à peu une réputation dans le milieu cinématographique...
 

  Textes et photos en provenances de la collection « Les plus grands films de guerre », Editions Atlas, 2002.
 
Armand, 
 
Tags: #cinéma
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 13-09-2014 à 22:30:30  (site)

kikou Armand,
j'espère que tu as passé une belle journée. Nous avons beau temps actuellement.
Cet après-midi, je suis allée à la Techno Parade, elle passait dans le bas de la rue à 5 mn. Quelle ambiance.
Je te souhaite une belle fin de soirée.
Je t'embrasse
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 12-09-2014 07:32

STATUS QUO

 

 

 
          Il est sûr et certain que l'innovation ne sera jamais une priorité chez Status Quo. Comme l'a déclaré un jour Francis Rossi, guitariste et chanteur du groupe : "Nous aimons les douze mesures et nous n'en avons pas honte". Et Rick Parfitt, le second guitariste, d'ajouter : "Si nous essayons de nous exprimer dans un autre style, nous ne serions plus nous".

     Ainsi donc, les choses sont claires. A l'inverse de Pink Floyd, de King Crimson ou de Yes qui, en ce début des années 70, dominent la scène du rock progressif anglais, Status Quo affichera une passion démesurée pour la musique noire américaine, une passion qui jamais ne faiblira au fil des ans, et tout particulièrement pour le blues et le boogie.

 


     On peut, certes, regretter que la formation originaire du sud de Londres n'ait pas cherché à évoluer sur le plan musical, ce que ne manqueront pas d'ailleurs de faire les journalistes de la presse spécialisée. Il n'empêche que le boogie rock de Rossi, Parfitt, Lancaster et Lines emportera l'adhésion de bien des teenagers européens. Pour preuve le nombre impressionnant de singles et d'albums qu'ils auront eu dans les charts durant les Seventies !

     Pourtant en 1981, John Coghian a quitté le groupe, initié quatre ans plus tard par Lancaster, qui se produit en effet pour la dernière fois avec Status Quo lors du Live Aid. Avec John Edwards à la basse et Jeff Rich à la batterie (qui a succédé à Pete Kircher, lui-même successeur de Coghian), ainsi qu'avec l'incontournable Andy Bown, Rossi et Parfitt poursuivront leur parcours dans le monde  du boogie rock avec une énergie renouvelée, et ce pour la plus grande joie d'un public qui plébiscitera comme hier les singles et les albums.

 


     A noter qu'en 1991 Status Quo est entré dans le Livre Guinness des Records pour avoir donné quatre concerts de charité dans quatre villes anglaises en l'espace de douze heures ! Bref, avec Status Quo, le "Boogie'Il never die" !...
 
♥      Make Me Stay a Little Bit Longer (1968)
 
 
♥♥      Technicolour Dreams (1968)
 
 
♥♥♥      Ice in The Sun (1968)
 
 
♣      Little Miss Nothing (1969)
 
 
Textes et photos en provenances de la collection « Les Génies du Rock», Editions Atlas, 1993.
 
 Armand,
 
Tags: #musique
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 13-09-2014 à 22:28:13  (site)

kikou Armand,
j'adore ce groupe.
J'aime bien leurs chansons.
Je pense que tu as passé une super soirée hier soir et que tu as bien ri.
Bisou

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 11-09-2014 00:06

MONTPELLIER - MONTARNAUD - KM 195

 

 

 
          21 kilomètres dans la garrigue, les pins et les vignes. Eglise de Grabels (fermée)... le chemin monte sur un dénivelé de 160 mètres au lieu-dit Bel Air... la ferme de la Fleurière et l'on rentre dans Montarnaud par la place de la fontaine. Logé au Gîte Le Temps d'une Pause à la sortie du village, accueillis  par Cathy avec qui nous avons échangé sur l'Alchimie et la Trame.

 

 

 

 

 

 

 


     Village du coeur de l'Hérault, au coeur de la garrigue, Montarnaud a su conserver son caractère authentique. Bien que proche de Montpellier, on est en pleine campagne, en plein Languedoc.
 

 

 

 


     Particularité méditerranéenne Montarnaud a son Campanile. Opposition de l'église et de la bourgeoisie, l'une marque le temps au rythme religieux, l'autre à celui du commerce. Deux monuments qui personnalisent et font partie du coeur du village. Indissociables l'un de l'autre, il se font face et s'affrontent à coups de cloches au moment des matines, des vêpres.
 

 

 

 

 

 

 


     Naturellement viticole, les vignes sont omniprésentes dans l'esthétique visuelle. Sa cave, que l'on ne peut pas manquer, est le plus imposant monument du village...
 

 

 

 

 
A suivre... Armand, 
 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 11-09-2014 à 21:12:01  (site)

bonsoir Armand,
c'est un joli coin avec de beaux chemins boisés.
Effectivement, le club est magnifique, des fleurs de toutes sortes, des citronniers, des oliviers, des bananiers, des cactus, des centaines de palmiers, etc. etc. il est très étendu. Je me perdais tous les jours. Pour aller à la salle de restaurant, j'avais plus de 5 mn. Remarque c'était très agréable.
Le livre que tu es en train de bouquiner est certainement intéressant.
Bonne fin de journée Armand.
je t'embrasse très fort.
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 10-09-2014 06:47

C COMME CALLAS (2) - VAR - FRANCE

 

 

           Callas est un village de type Bas alpin, aux maisons de caractère, aux rues étroites "en calade", passages voûtés, porches, portes du 18ième siècle, fontaines, places et placettes ombragées, qui invitent à la flânerie et à la rêverie. On retiendra la fontaine de la Placette de la paix surmontée du buste de Sieur Giboin, le Lavoir du Barri à l'entrée du village, le lavoir Font de Mine et la fontaine de la Place Clemenceau gravée à l'effigie de Saint-Eloi.

     Callas, c'est la traversée d'un espace naturel de qualité et de sites particulièrement pittoresques que l'on perçoit dès l'approche de son territoire, au surplomb des Gorges de Pennafort, paysage sauvage et tourmenté fait de roches aux parois éclatées...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand, Collection privée 2009, 

 

Tags: #photos
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 10-09-2014 à 22:25:58  (site)

bonsoir Armand,
j'aime bien la cigale.
Callas, je connais que de nom.
Je n'ai pas eu l'occasion d'aller voir les deux sites de ta nièce.
Figure toi, ce matin j'ai reçu un fichier en PDF du livre de Valérie, l'ex de François Hollande. Je ne m'y attendais pas du tout. Ce sont des amis que j'ai à Toulon qui me l'ont adressé. C'est tombé pile poile, hier, je me disais que je l'achèterais bien. J'ai commencé à le lire. J'ai hâte de lire la suite. Il se lit bien.
J'espère que tu as passé une magnifique journée.
Je t'embrasse
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 09-09-2014 01:04

NE M'OUBLIE PAS

 

 

 
           "Tiendrez-vous une promesse faite il y a 3 ans à une inconnue ?"

     Au Japon, l'été de ses 13 ans, Yukino passe ses vacances au bord de l'eau. Alors qu'une énième dispute éclate avec ses parents, elle s'enfuit tête baissée vers la forêt. C'est là qu'elle fera la rencontre de Daiki, un jeune garçon de son âge allongé au pied d'un arbre. Après avoir partagé avec lui une longue après-midi agréable, au moment de se séparer, elle lui demande de ne pas l'oublier...

     Cette rencontre a changé son existence. Les années ont passé, bien des choses ont chamboulé sa vie, mais Yukino n'a jamais pu oublier Daiki, qu'en est-il du côté du jeune homme qu'il est devenu ?

     Céline Musmeaux est ma nièce, elle est Passionnée de dessin et plus tard d’écriture, elle aime faire partager ses passions. Grande sentimentale, elle développe des histoires tournant principalement sur les thèmes de l’amour, l’amitié, mais pas seulement, elle y aborde également d’autres problèmes de la vie.

     Vivre c’est ressentir, éprouver, souffrir de ses sentiments…Toutes ces émotions gravitent autour de nous… et elle essaie à travers ses travaux de les mettre en valeur.

     Elle aurait pu se tourner vers le manga, mais c’est finalement le format roman qui la passionne le plus....

     Vous pouvez la retrouver sur les sites suivants pour acquérir son livre...

Site d'auteur : http://celinemusmeaux.com/
Site du livre : http://nemoubliepas.fr/


     375 pages à Consommer sans modération.....

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 09-09-2014 à 23:41:10  (site)

kikou Armand,
Céline Musmeaux est ta nièce, heureuse de faire sa connaissance, je vais aller voir son site.
Tu as lu son livre, je pense, qu'en penses-tu ?
Je connais la réponse, sinon tu n'en parlerais pas.
Bonne soirée Armand et bonne nuit.
je t'embrasse
Cricri

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Merci de m'écrire un petit mot sur cet article, éventuellement une critique constructive...
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 

LES BLACK'S FOOT VOUS REMERCIENT POUR VOTRE VISITE......